Accueil / Développement / Balance des paiements : Un déficit de 147 milliards pour le Burkina Faso

Balance des paiements : Un déficit de 147 milliards pour le Burkina Faso

Balance des paiements : Un déficit de 147 milliards pour le Burkina Faso

Le 31 mars 2015, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a présenté les comptes extérieurs des Etats de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA) au titre de l’année 2013. Le Burkina Faso affiche un déficit cuisant de 147,01 milliards de FCFA.

Les chiffres font froid dans le dos. En 2013, le Burkina Faso a enregistré un déficit de 147, 01 milliards de FCFA de sa balance des paiements contre 3,37 milliards de FCFA en 2012. En cause, une aggravation de 581, 70 milliards en 2013 du solde déficitaire de la balance des transactions courantes, en liaison avec la détérioration des composantes relatives aux échanges des biens et des services et au compte de revenu primaire. Le déficit du compte des opérations courantes s’est accentué de 581.704 milliards entre 2012 et 2013 pour se situer à 664,56 milliards. Cette forte détérioration du compte courant a été tirée par le creusement du déficit de toutes ses composantes. La balance commerciale, à la suite du repli des cours mondiaux de l’or, s’est dégradée de 489, 15 milliards. Les soldes déficitaires de la balance des services et du compte du revenu primaire se sont également aggravés de 51,8 milliards et 54, 1 milliards respectivement.

Sous l’effet de la baisse des appuis budgétaires reçus par l’Etat, le compte du revenu secondaire est ressorti excédentaire à 216, 9 milliards, en diminution de 15,0%. En part du PIB, la balance courante s’est fortement dégradée en 2013, avec un déficit de 11,1% (-13,1% hors dons officiels) contre -1,5% en 2012 (-4,5% hors dons officiels). Le compte de capital a, quant à lui, affiché un solde excédentaire de 238, 4 milliards, en hausse de 100, 6 milliards par rapport à 2012, soit +73,0%.

Position extérieure globale (PEG) : déficit de 1927, 97 milliards de FCFA

Cette augmentation reflète l’afflux important de dons projets au profit de l’Administration publique. En ce qui concerne le compte financier, il a dégagé des entrées nettes de capitaux à hauteur de 282, 9 milliards, contre des sorties nettes de 61, 6 milliards en 2012, soit une amélioration de 344, 6 milliards en ligne avec l’accroissement des investissements directs et des autres investissements reçus.

A la faveur de l’incidence des évolutions ci-dessus, les avoirs extérieurs nets de la BCEAO se sont contractés de 193, 2 milliards tandis que ceux des autres institutions de dépôts se sont consolidés de 46, 2 milliards. Il en résulte un déficit de 147, 01 milliards correspondant au solde global de la balance des paiements enregistré en 2013. S’agissant de la position extérieure globale (PEG), elle est ressortie débitrice de 1927, 97 milliards de FCFA contre une situation déficitaire de 1522, 49 milliards de FCFA en 2012, soit une détérioration de 26,6%.

C’est quoi la balance des paiements

Les comptes extérieurs ou internationaux d’une économie retracent les relations économiques entre les résidents de cette économie et les non-résidents. Ils sont harmonisés avec les comptes du Système de Comptabilité Nationale. Les comptes extérieurs comprennent la balance des paiements, la Position Extérieure Globale et le compte des autres changements des actifs et passifs financiers.
La balance des paiements est un état statistique qui résume les transactions entre résidents et non-résidents durant une période donnée. La PEG donne, à un moment déterminé, la valeur des actifs financiers et des passifs des résidents d’une économie à l’égard des non-résidents. Le compte des autres changements des actifs et passifs financiers retrace les autres flux, tels que les réévaluations, et rapproche la balance des paiements et la PEG en mettant en évidence les changements dus aux événements économiques autres que les transactions.
La balance des paiements comprend le compte des transactions courantes ou compte courant, le compte de capital et le compte financier. Le compte courant enregistre les échanges de biens, de services, de revenus primaires et de revenus secondaires. Le compte de capital retrace les acquisitions et cessions d’actifs non financiers non produits et les transferts en capital. Le compte financier recense les variations des acquisitions nettes d’actifs financiers et des accroissements nets des passifs. Contrairement au compte des transactions courantes et au compte de capital qui font apparaître les écritures en débit et crédit, le compte financier enregistre les opérations sur actifs et passifs financiers sur une base nette.

Aimé Florentin BATIONO
Pour Ecodafrik

Aller en haut