Accueil / Finances / Bank Of Africa Sénégal : Ces gros clients qui briment l’exercice

Bank Of Africa Sénégal : Ces gros clients qui briment l’exercice

Bank Of Africa Sénégal : Ces gros clients qui briment l’exercice

Le coût du risque gonfle de 90% au dernier semestre Les groupes Siba et Wazni, deux importantes créances en souffrance

Parée au pire! Bank Of Africa Sénégal boucle le dernier semestre avec une provision bétonnée. La filiale du groupe BMCE Bank Of Africa affiche en effet un coût de risque en progression de 90%, en comparaison au niveau du même semestre lors de l’exercice 2014. Pour la première fois, le management de la banque s’exprime sur les facteurs de ce gros déclassement. «C’est la conséquence aux situations de deux importants clients en difficulté, qui impactent tout le marché», explique Laurent Basque, DG de BOA Sénégal. Ces gros clients, il s’agit de la Société industrielle de bois et d’acier (Siba), l’un des acteurs majeurs des filières locales du BTP et matériaux de construction et le groupe Wazni, présent dans plusieurs secteurs industriels et manufacturiers. «Toutes les banques qui accompagnaient ces deux groupes ont été obligées de déclasser leurs encours, pour se conformer à la règlementation bancaire. Ils se sont tous les deux mis en règlement préventif», explique Basque. La facture serait plutôt salée avec le groupe Wazni. L’enseigne devrait à la banque une ardoise cumulée de quelque 6 milliards de FCFA (environ 98 millions de DH). Dans le détail, il s’agit de deux opérations de prêts contractés pour les sociétés Atol (5 milliards de Fcfa) et Siplast (1 milliard de Fcfa), toutes deux filiales du groupe Wazni. « Notre mix-clientèle est constitué de particuliers, de grandes entreprises et de PME/PMI. Lorsque de grands comptes sont en difficulté, ça se répercute facilement sur le bilan », poursuit le DG de BOA Sénégal. Cette forte progression du coût du risque n’a pas manqué d’impacter le résultat net de la filiale sénégalaise, en contraction de 8,6% pour s’établir à quelque 1,7 milliard de Fcfa (près de 28 millions de DH).

Cela n’empêche tout de même un maintien au beau fixe des fondamentaux de l’activité de la banque. Le PNB semestriel a progressé de 21% au dernier semestre pour 8,6 milliards de Fcfa. «Cela est principalement dû à un portefeuille client en augmentation de 40%». La banque mise surtout sur l’innovation produit pour se démarquer et élargir son assiette, notamment sur le segment corporate.

Safall FALL
leconomiste.com

Aller en haut