Accueil / Finances / Banque Africaine de Développement(BAD) : Découvrez le parcours des 5 Nouvelles nominations à la haute direction de l’institution

Banque Africaine de Développement(BAD) : Découvrez le parcours des 5 Nouvelles nominations à la haute direction de l’institution

Banque Africaine de Développement(BAD) : Découvrez le parcours des 5 Nouvelles nominations à la haute direction de l’institution

Le Président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina a annoncé, lundi 5 mars 2018, les nouvelles nominations à la haute direction du Groupe de la Banque et à compter du 12 mars 2018. Il s’agit notamment de :

La Directrice Prévisions macro-économiques et recherche, Hanan Morsy

Hanan-Morsy

De nationalité égyptienne, Mme Morsy est une experte réputée en macroéconomie et politique publique. Elle a acquis une vaste expérience auprès d’institutions financières internationales et dans le secteur privé. Elle a, à son actif, de très solides réalisations en analyse politique et en recherche de haut niveau, une riche expérience internationale en dialogue sur les politiques et partenariats stratégiques. La nouvelle directrice est l’auteur de nombreuses publications sur diverses questions économiques et de développement, et a dirigé plusieurs travaux collectifs.
Depuis 2012, Hanan Morsy était économiste spécialiste pour la région Méditerranée méridionale et orientale à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, à Londres. Dans le cadre de ses fonctions, elle a mis en place et piloté l’analyse économique et les conseils en matière de politique pour la région Méditerranée méridionale et orientale, nouvellement créée par ladite Banque. Elle a en outre conduit des missions dans les pays relevant de sa compétence, dirigé le dialogue sur les politiques avec de hauts responsables de l’Etat et le secteur privé, et élaboré des stratégies pays pour l’établissement de priorités pendant la transition, tout en soutenant la croissance inclusive et les réformes structurelles. La nouvelle directrice a dirigé les travaux relatifs à la première publication phare de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement sur le diagnostic du secteur privé en Égypte et le Rapport 2013 sur la compétitivité dans le monde arabe. Elle a par ailleurs géré plusieurs projets d’assistance technique financés par les donateurs.

Avant de rejoindre la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, Hanan Morsy a occupé, entre 2003 et 2012, diverses fonctions au Fonds monétaire international, notamment, au département des finances publiques, au département Moyen-Orient et Asie centrale, au département Europe et au département des marchés monétaires et des capitaux. Elle a en outre été conseillère d’administrateur. Au Fonds monétaire international, elle a piloté et contribué aux travaux sur l’évaluation du taux de change, la vulnérabilité budgétaire, la stabilité financière mondiale et les politiques macro prudentielle. Elle a acquis une vaste expérience en matière de conception et de suivi des programmes de réforme économique dans de nombreux Etats : des pays en développement (Kirghizistan, Iran, République dominicaine, et Antigua-et-Barbuda), aux économies avancées (Italie et Slovénie), en passant par les pays émergents (Pakistan et Kazakhstan). Auparavant, elle était conseillère économique à KPMG Consulting, où elle a participé à la mise en œuvre du programme de réforme des finances publiques en Égypte.

Hanan Morsy est membre du conseil d’administration du London Middle East Institute et chargée de recherche au Forum de recherche économique. Elle a été membre du Global Sovereign Risk Panel créé par le Peterson Institute for International Economics et Moody’s Investor Services pour l’échange de points de vue et l’analyse des questions liées au risque souverain. Elle est membre de l’Economic Policy Panel d’Aberdeen, la première autorité locale écossaise à émettre des obligations sous-souveraines dans le cadre d’une nouvelle gouvernance visant à encadrer les émissions obligataires et à fournir des conseils à l’autorité municipale sur les politiques économiques.

La nouvelle directrice prévisions macro-économiques et recherche de la Banque est titulaire d’un doctorat en économie de l’université américaine George Washington, États-Unis d’Amérique, d’un master en économie de l’université de Californie, aux États-Unis d’Amérique ainsi qu’une licence en économie et informatique de l’Université américaine du Caire, Égypte.

La Directrice supérieure du Forum pour l’investissement en Afrique, Stella Kilonzo

Stella-Kilonzo

De nationalité kenyane, Mme Kilonzo était chef de division Marchés des capitaux à la Banque africaine de développement depuis 2013, date à laquelle elle est entrée à la Banque. Elle a, à son actif, une riche expérience de dix-sept ans dans le secteur financier qui couvrent, notamment, le financement du développement, la structuration d’investissements bancables, les marchés des capitaux, la gestion du risque, les conseils en finance d’entreprise et la comptabilité.
En sa qualité de chef de la division Marchés des capitaux à la Banque africaine de développement, elle a été chargée de l’innovation des marchés des capitaux en Afrique pour l’accélération du développement. Une de ses grandes réalisations a été le rôle de premier plan qu’elle a joué lors de l’émission de la toute première opération de garantie partielle de risque de crédit de la Banque, destinée à couvrir le risque de change d’un emprunt contracté par le Cameroun, pour la première fois de son histoire, sous forme d’émission d’euro-obligations servant à financer l’infrastructure. Elle a également joué un rôle primordial dans les projets d’investissement de la Banque relatifs aux fonds de capital-investissement, y compris un fonds exclusivement administré par des femmes gestionnaires d’actifs en Afrique.

Pour appuyer la mise en œuvre des priorités stratégiques de la Banque dites High 5, Stella Kilonzo a introduit une innovation dans les opérations de prêt hypothécaire de la Banque au titre de la priorité « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ». Elle a également fait un travail remarquable sur le pilier « intégration du secteur financier » en tant qu’appui à la priorité « Intégrer l’Afrique » de la Banque. Pour stimuler la liquidité, le développement des marchés des capitaux en Afrique et l’intégration financière régionale, elle a piloté l’établissement de relation officielle entre la Banque et l’Association des bourses de valeurs mobilières africaines. Stella Kilonzo a piloté la conception et le cofinancement de l’ « Africa Exchanges Linkage Project » (projet d’interconnexion des bourses de valeurs), qui a abouti à l’établissement d’une feuille de route qui recommande les modalités à suivre pour tisser des liens entre les bourses des sous-marques régionaux. Elle a également organisé plusieurs événements réussis dans le domaine du savoir.

Avant d’entrer à la Banque africaine de développement, Stella Kilonzo a occupé différents postes de direction et de conseiller dans le secteur financier. C’est ainsi qu’elle a travaillé, de 2005 à 2012, à la Capital Markets Authority du Kenya, d’abord comme chef de service au sein du département de la conformité et des opérations de marché, puis comme directrice générale chargée du développement et de la régulation de l’ensemble des marchés des titres et capitaux du Kenya, tout en offrant des services de conseil à l’État sur les politiques relatives aux marchés des capitaux et les politiques financières. Elle a piloté l’élargissement de la sphère des fonctions d’approbation et de régulation de la Capital Markets Authority concernant les produits « vanille » des marchés des capitaux, allant de la dette et des actions à des produits plus complexes et structurés tels que les produits dérivés financiers et sur marchandises, les contrats à terme, les sociétés de placement immobilier, les titres adossés à des actifs et les instruments du marché des capitaux islamiques. Auparavant, Stella Kilonzo a travaillé comme associée au service de conseil en financement d’entreprise à PricewaterhouseCoopers au Kenya, en 2004-2005, et vérificateur de la conformité à la Financial Industry Regulatory Authority de Chicago, États-Unis d’Amérique, de 2000 à 2004. Elle a débuté sa carrière de vérificateur interne à la filiale de GE Capital à Chicago, États-Unis d’Amérique.

Stella Kilonzo est titulaire d’un Master en administration des affaires (MBA), avec pour spécialité Finance d’entreprise, obtenu à la Loyola University Chicago Graduate School of Business, Illinois, États-Unis d’Amérique, et d’une licence en commerce et comptabilité de l’université catholique d’Afrique de l’Est, à Nairobi, au Kenya. Elle est également experte-comptable agréée (CPA) aux États-Unis d’Amérique.

Le Directeur du département de la Syndication et des services techniques, M. Olivier Eweck

Olivier-Eweck
De nationalité camerounaise, Olivier Eweck était, avant sa nomination, chef de la division des Services financiers techniques de la Banque africaine de développement depuis 2009. Il apporte à ce poste plus de dix-huit ans d’expérience diversifiée dans les marchés financiers et de capitaux, notamment la gestion de portefeuille, l’investissement dans le secteur privé ainsi que l’expertise quantitative et de produits dérivés.

En tant qu’analyste financier principal, puis chef de la division des Services techniques financiers, il a été responsable des innovations et du développement de produits ainsi que de la commercialisation des initiatives de financement en monnaie locale et des services-conseils aux clients de la Banque. Il a élaboré des produits financiers innovants et compétitifs (dette et capitaux propres) pour les pays et les clients du secteur privé, préparé des lignes directrices et établi les responsabilités et les contrôles de risques pour leur mise en œuvre au sein de la Banque. Olivier Eweck a surveillé la compétitivité et la pertinence de la Banque auprès de divers clients et formulé des recommandations à l’intention de la haute direction et du Conseil d’administration sur la politique de tarification. Il a également recensé et initié les besoins de financement en monnaie locale, exécuté des programmes de financement et recommandé des stratégies et des instruments pour la gestion de ces ressources en attendant leur décaissement en faveur des projets.

Auparavant, il a été gestionnaire de portefeuille de 2006 à 2009. En cette qualité, il gérait alors les portefeuilles de titres à revenu fixe de la Banque et des sociétés affiliées (Fonds africain de développement, Fonds spécial du Nigeria). Entre 2004 et 2006, en tant que chargé d’investissement et analyste du secteur privé, il a assuré la planification, la préparation et la coordination des notes préliminaires d’évaluation des nouveaux projets.

Avant de rejoindre la Banque africaine de développement, Olivier Eweck a travaillé, de 2002 à 2004, sur la structuration des instruments dérivés des actions à la Société générale, au quartier d’affaires La Défense, près de Paris, en France. Puis il a exercé, de 2001 à 2002, en tant que courtier, chargé de la tenue des marchés en bourse, à Wall Street, à New York.
Olivier Eweck est titulaire d’un master en mathématiques appliquées et ingénierie générale de l’École polytechnique de Palaiseau, en France ainsi qu’un master en finance et économie de l’École nationale des ponts et chaussées de Marne-la-Vallée, en France.

La Directrice de l’Intégration régionale, Mme Moono Mupotola
Moono-Mupotola

De nationalité zambienne, avant le lancement de la nouvelle restructuration de la Banque, Mme Moono Mupotola était à la tête du département de l’Intégration régionale et du commerce. Elle cumule plus de vingt années d’expérience dans le commerce et l’intégration régionale en Afrique. Elle a rejoint la Banque en 2009 en tant que chef de division de l’Intégration régionale et du commerce. En cette qualité, elle a supervisé et piloté, de manière stratégique, le programme d’intégration commerciale et régionale de la Banque en soutenant les projets de recherche, d’infrastructure, les programmes de renforcement des capacités et la réforme des réglementations et des politiques. Moono Mupotola a également été à l’initiative de la création du Fonds africain pour le commerce de la Banque et a chapeauté l’élaboration de la stratégie d’intégration régionale pour la période 2014-2023. Elle a assuré la supervision et la responsabilité stratégiques de divisions clés, hiérarchisé et coordonné les projets du Fonds africain de développement, et a fourni des services consultatifs en matière de commerce, d’investissement, de programmes régionaux et d’opérations multinationales. Moono Mupotola a également représenté la Banque auprès d’institutions mondiales et africaines dans le cadre des discussions portant sur tous les enjeux liés à l’intégration régionale, au commerce, à l’investissement et à l’infrastructure régionale. Elle a contribué de manière significative à la conception de mesures de facilitation du commerce et du transit en Afrique tout en fournissant un appui technique à la Commission de l’Union africaine, aux Communautés économiques régionales et aux pays membres régionaux. Elle a joué un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de stratégies pertinentes et dans la création d’outils de gestion des résultats et de cadres de connaissances. Moono Mupotola a également piloté la coordination inter-organisationnelle et la mobilisation des ressources tout en assurant la gestion d’une équipe chargée de produire des connaissances pour faire évoluer les politiques.

Avant de rejoindre la Banque, Moono Mupotola a travaillé comme consultante en politique régionale pour le bureau régional de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture au Zimbabwe de 2006 à 2009. Elle a exercé la fonction de spécialiste du commerce/des règles sanitaires et phytosanitaires au sein de la plateforme commerciale (Trade Hub) de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC, sigle en anglais) au Botswana et au Zimbabwe de 2002 à 2004, et celle de consultante en développement entre 2004 et 2006. Elle a été auparavant chef de division et économiste agricole en chef, de 1997 à 2002, à la direction de la planification et des politiques économiques au ministère namibien de l’Agriculture.

Moono Mupotola est titulaire d’une licence en Arts de Bennington College, Vermont, aux États-Unis d’Amérique, et d’un master en philosophie de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni. Elle possède des diplômes postuniversitaires en leadership et en gestion stratégique obtenus respectivement à la Wharton Business School, aux États-Unis d’Amérique et à la Cranfield Business School, au Royaume-Uni.

La Rédaction

Aller en haut