Accueil / Dossiers / FINANCE : Rencontre Club des Dirigeants de Banques - Dakar 2018 / Banque africaine- « L’innovation, le risque systémique et la règlementation en Afrique » Entretien avec Monsieur Ousseini Sow, Consultant-Juriste en banque

Banque africaine- « L’innovation, le risque systémique et la règlementation en Afrique » Entretien avec Monsieur Ousseini Sow, Consultant-Juriste en banque

Banque africaine- « L’innovation, le risque systémique et la règlementation en Afrique »  Entretien avec Monsieur Ousseini Sow, Consultant-Juriste en banque

Face au développement technologique, la banque se voit constamment menacer surtout avec la croissance des nouveaux moyens de paiements et autre risque systémique. Quelle est la situation à ce jour et comment la banque africaine doit se parer pour y faire face ? Monsieur Ousseini Sow, Banquier et Consultant en banque et finance, Juriste de banque dévoile dans l’entretien qi suit des pistes de solutions.

 

ECODAFRIK : « L’innovation, le risque systémique et la règlementation en Afrique » Que révèle très concrètement ce thème ?

Ousseini Sow : Quelles sont les innovations dans la banque africaine ? Quelles en sont les conséquences ? C’est à questions que réponds ce thème. Les innovations ont commencé déjà au niveau des moyens de paiements, avec une concurrence entre les banques et les sociétés de téléphonie. Une concurrence qui est difficile et qui va pousser les banques à voir ans quelles mesures elles peuvent participer à cette concurrence sans grands dommages. Sur le plan technique se sont pour l’heure les sociétés de téléphonies qui sont maître du jeu. Les banques doivent donc résolument se tourner vers la digitalisation, par ce que c’est une demande de la clientèle maintenant. Ce qui veut dire que l’on est obligé de suivre le client et chercher à résoudre ses problèmes.

 

Il y a-t-il justement des textes règlementant cette concurrence ?

 

Au départ, les sociétés de téléphonies mobiles qui exerçaient dans les moyens de paiement, devaient être adosser à une banque. Le règlement a changé. Et maintenant elles peuvent le faire seules sans passer par une banque. Ce, sous le prétexte de l’inclusion financière. Effectivement il y a une inclusion financière qui était recherchée mais en même temps, c’est une mise en garde contre les banques de faire attention par ce que la concurrence peut être très difficile.

Mais quelles sont les pistes de solutions existantes pour les banques ?

La première c’est que les banques doivent s’entendre sur une stratégie. Dispersées elles ne peuvent pas le faire. Elles doivent s’entendre dans ce sens. Et deuxièmement elles doivent voir dans quelles mesures elles peuvent trouver des dispositions pour parer à ses difficultés.

Toujours en matière de règlementation il y a de nouvel dispositif Bale II et Bale III qui sont en vigueur depuis janvier 2018. Il nous semble que les dirigeants de banques sont départagés. Qu’en est-il ?

 

Mon appréciation est celle d’un non connaisseur de Bale II, Bale III. Mais je crois savoir qu’ils ont leurs partisans et ils ont aussi leurs détracteurs. Chacun critique, mais lorsque la règlementation est prise par la banque centrale, les banques seront obligées de l’appliquer.

Quels défis pour la banque de demain ?

Il y a aujourd’hui un autre défi de la banque africaine qui est le défi de financement. Nous avons besoin de financement pour nos entreprises mais il se trouve paradoxalement que les entreprises pour la plupart sont informelles donc pour la banque il s’agit de difficultés à financer des choses qu’on ne connait pas. La préoccupation que l’on devrait avoir c’est de faire en sorte que ce qui est informel, migre dans le formel pour que justement les banquiers puissent intervenir en leur faveur. Il y a des politiques qui ont été mises en place pour assurer cette migration, mais jusqu’à présent on manque de résultats probants.

 

Entretien réalisé par Balguissa Sawadogo

Balguissa Sawadogo

Envoyée Spéciale ECODAFRIK à Dakar

Aller en haut