Accueil / International / Banque : les Français encore méfiants avec les nouvelles technologies

Banque : les Français encore méfiants avec les nouvelles technologies

Banque : les Français encore méfiants avec les nouvelles technologies

Attachés aux bons vieux mots de passe, les Français sont peu enclins à utiliser la biométrie pour accéder à leur compte bancaire, révèle une étude mondiale réalisée pour HSBC. Ils sont peu au fait des dernières technologies comme les robots-conseillers ou la Blockchain.

Est-ce le syndrome Minitel ? Les Français croient au développement des technologies mais, à titre personnel, ils restent assez frileux dans l’adoption des dernières innovations, en particulier dans le domaine bancaire. C’est ce qu’il ressort d’une grande étude mondiale réalisée pour HSBC par l’institut Ipsos Mori sur la confiance des consommateurs dans la technologie. Publiée ce mercredi, cette étude a porté sur un échantillon de plus de 12.000 personnes (dont un millier en France).

« La France se distingue comme étant le plus réticent des 11 pays sondés à adopter une nouvelle technologie », relève l’étude.

Cherchant l’origine de cette défiance chez Rousseau et sa vision de la science et des arts qui corrompent les mœurs, l’étude constate que seuls 41% des Français considèrent que les progrès technologiques peuvent rendre le monde meilleur, de loin le pourcentage le plus bas de tous les pays : la moyenne est de 67% au niveau mondial, en Chine, le peuple le plus techno-enthousiaste, on grimpe à 89%.

Ceci dit, les Français sont tout de même 71% à penser que la technologie peut leur faciliter la vie (80% en moyenne mondiale).

La banque en ligne et sur mobile a du potentiel

Si les Français étaient présentés comme en pointe dans les usages bancaires en ligne dans une récente étude du cabinet eMarketer, devant les Américains, le rapport de HSBC et Ipsos indique plutôt qu’ils sont en retard en la matière : ils seraient 55% à gérer leur argent en ligne, loin derrière la moyenne mondiale de 67%, et derrière les Allemands (78%, un chiffre très éloigné de l’estimation d’eMarketer, à savoir 59%). Le Web est le canal privilégié pour se connecter à sa banque pour 38% des Français, les applications mobiles pour 14%.

Pour autant, ce serait les Allemands qui seraient les plus lents à adopter la banque sur smartphone (seulement 4%). En France, la banque sur mobile ou tablette serait « une pratique minoritaire » mais concernerait tout de même 31% des utilisateurs.

Autrement dit, pour voir les choses sous un angle positif, la banque en ligne et sur mobile a encore pas mal de potentiel en France.

Peu friands de biométrie

Si l’on entre dans le détail, un exemple est particulièrement parlant, celui de la biométrie :

«Pour se connecter à leur banque, 62% des Français utilisent des méthodes traditionnelles de protection de leurs informations personnelles (mot de passe), et seulement 9 % se connectent via leur empreinte digitale (contre 21 % selon la moyenne mondiale). Ils sont 97 % à connaître cette technologie, mais ne sont que 43 % à la juger efficace, et 37 % à envisager s’en servir un jour » relève HSBC.

Le comportement des Français est fait assez proche de celui des Allemands (9% aussi à utiliser la reconnaissance d’empreinte, contre 40% en Chine et 31% en Inde). Ils auraient davantage besoin de pédagogie pour adopter ces nouvelles technologies : « les personnes sondées étaient plus disposées à faire confiance à la biométrie (+6%) après avoir lu une brève description. »

Cependant, les Français sont convaincus du potentiel des technologies de reconnaissance vocale, par empreinte ou par l’iris : ils sont près d’un sur deux (46%) à penser que seule la biométrie sera utilisée pour accéder aux informations financières dans les 10 prochaines années (43% des Allemands).

biometrie-banque-francais-hsbc

Blockchain et robots-conseillers méconnus

Quant aux technologies plus émergentes, c’est la méconnaissance, et partant la méfiance, qui dominent. 83% des Français interrogés ne sont pas en mesure d’expliquer ce qu’est la Blockchain – technologie émergente de stockage et de transmission d’informations, créant un registre numérique distribué, appelée « chaîne de blocs » selon la terminologie officielle parue récemment au Journal Officiel.

Ce n’est pas forcément surprenant : la moyenne mondiale est de 80% et 59% des sondés n’avaient jamais entendu parler de la Blockchain. Les Français étaient aussi 83% à ignorer ce qu’est la Fintech, ces startups qui réinventent la finance à l’aide des technologies, selon un sondage de Deloitte paru en mars (ils étaient 4% à confondre avec fitness), dont ils utilisent pourtant parfois les services sans le savoir.

Près de deux Français sur trois (64%) ne savent pas non plus ce qu’est un robot-conseiller (robo-advisor, la gestion de portefeuille automatisée), ce qui serait en fait moins que la moyenne mondiale (69%). Ils ne sont que 22% à considérer que les programmes informatiques peuvent prodiguer des conseils plus pertinents que des conseillers humains (29% en moyenne au niveau mondial, 48% en Chine), alors qu’ils sont 36% à se dire prêts à faire confiance à un robot-chirurgien contrôlé à distance pour se faire opérer du cœur (peut-être un effet de la couverture médiatique du robot Rosa de l’entreprise montpelliéraine Medtech, passée sous pavillon américain), quand ce pourcentage tombe à 14% au niveau mondial.

Faible confiance en l’IA et les chatbots

Dans l’ensemble, les robots, y compris les chatbots, ces programmes de conversation automatisée intégrés à des messageries, n’inspirent pas encore une grande confiance : au niveau mondial, seuls 11% des sondés leur feraient confiance pour ouvrir un compte d’épargne ou souscrire un crédit hypothécaire. Mais 41% des Chinois et des Indiens feraient confiance à un assistant virtuel par hologramme pour les aider à prendre des décisions d’investissement, contre 7% des Français et des Allemands.

Si l’usage des réseaux sociaux pour les paiements est totalement banalisé en Chine avec WeChatPay, cette confiance n’est pas partagée partout. Ainsi, 75% des Français « ne seraient pas disposés à partager des données personnelles (telles que le nom, l’adresse et l’historique de crédit) avec des médias sociaux », du type Facebook ou Instagram, précise l’étude, même « dans l’intention de bénéficier d’un meilleur service bancaire. » Au niveau mondial, la moyenne est de 57%, soit une défiance trois fois plus forte qu’à l’égard des banques : seuls 16% des sondés refusent de confier des données personnelles à son établissement). Un point qui a de quoi rassurer le commanditaire de l’étude.

Delphine Cuny

latribune

Aller en haut