mercredi 25 novembre 2020
Accueil / Finances / Banque : Vers un renforcement de Deutsche Bank en Afrique

Banque : Vers un renforcement de Deutsche Bank en Afrique

Banque : Vers un renforcement de Deutsche Bank en Afrique
Sacrée « Meilleure banque d’investissement étranger en Afrique » l’automne dernier, Deutsche Bank, qui ne cache pas son ambition de marquer davantage son territoire sur le marché bancaire africain, confie son développement à deux de ses stratèges. Huit mois plus tôt, un ancien ministre aux réseaux bien introduits sur le continent faisait son entrée au conseil de surveillance du groupe.

Loïc Voide et Kees Hoving, deux anciens de la « maison », sont les nouveaux co-CEO de Deutsche Bank pour la région Moyen-Orient et Afrique, annonce la première banque d’Allemagne dans un communiqué publié ce lundi 14 septembre. Ils remplacent le Saoudien Jamal Al Kishi parti chez Gulf International Bank en mars dernier.

D’un patron Afrique à deux

Cette reconfiguration stratégique à ce niveau du leadership du groupe, passée d’un patron à deux, en dit long sur l’importance accordée par la banque allemande à la région. D’ailleurs Claudio de Sanctis, responsable mondial de la banque privée internationale et PDG Europe Moyen-Orient et Afrique (EMEA) de Deutsche Bank, ne s’en cache pas : en Afrique, « nous continuons à voir un potentiel de croissance significative pour une entité comme la nôtre ».

Basés à Dubaï avec des déplacements réguliers sur le continent, Voide et Hoving auront pour mission, entre autres, de permettre au groupe bancaire allemand de « mieux exploiter ses synergies » internes au bénéfice du développement en Afrique, tout en renforçant ses relations avec le secteur privé régional.

La banque allemande multiplie les distinctions sur l’Afrique

Deutsche Bank a démarré ses activités africaines à la fin des années 1950 en Egypte. Mais c’est en Afrique du Sud que le leader de la banque allemande établira son quartier général africain, avant de se déployer dans des projets d’envergure à travers le continent. Si la réorientation des activités du groupe en 2018 n’a pas épargné la filiale sud-africaine avec l’abandon de certaines activités de banque d’affaires, l’ambition de Deutsche Bank sur le continent n’en a pas pourtant autant été affectée. « Notre objectif a toujours été de contribuer à la construction d’infrastructures et au développement de l’économie à travers le continent », confiait l’automne dernier Jamal Al Kishi.

Récemment, la banque multiplie les distinctions au niveau régional. En octobre 2019, EMEA Finance African Banking Awards l’a sacrée « Meilleure banque d’investissement étranger en Afrique » et « Meilleure banque d’investissement étranger en Angola » où Deutsche Bank a débloqué 1 milliard de dollars en pleine crise pour appuyer le secteur privé. En juin 2020, Euromoney lui a décerné le prix d’excellence en leadership en Afrique, pour avoir financé des projets d’envergure avant et pendant la pandémie de coronavirus.

Des milliards de dollars de financements en cours

Le groupe bancaire basé à Franckfort démontre un certain intérêt pour l’Afrique de l’Ouest. En Côte d’Ivoire en mai 2020, Deutsche Bank s’est engagé à cofinancer la construction et l’équipement de deux nouveaux hôpitaux régionaux (un projet de 142 millions de dollars), ainsi que cinq nouvelles unités médicales dans cinq hôpitaux. En Août, 250 millions de dollars étaient annoncés pour la construction de la première tranche de la ville universitaire d’Adiaké, au nord-ouest du pays, dans le cadre du programme national de décentralisation des infrastructures universitaires.

Au Nigeria, Deutsche Bank est sur un financement hybride de 3 milliards de dollars pour la mise en œuvre d’un projet de Gaz naturel liquéfié (GNL). Au Ghana, la première banque allemande va prêter 523 millions d’euros à l’Etat pour la construction d’infrastructures portuaires à l’Ouest du pays. Le Parlement a déjà donné son aval et les travaux démarrent en octobre prochain, pour une livraison au deuxième trimestre 2024.

Très actif sur le marché de dette, Deutsche Bank est en effet créancier de plusieurs Etats dont le Gabon qui, pour rappel, a obtenu en 2013 une ligne de crédit de 1 milliard d’euros pour le financement de la rénovation d’une route nationale, la construction de l’Ecole d’application de Santé Militaire et un projet d’approvisionnement en eau potable.

Au Cameroun par ailleurs, Deutsche Bank fait face à une demande d’annulation d’un financement de 25 millions de dollars par GreenPeace. Il s’agit d’un projet agroindustriel d’Halcyon Agri, géant singapourien du caoutchouc, qui favoriserait la déforestation selon l’ONG. La banque, pour sa part, défend un projet qui renforcerait la sécurité alimentaire et les revenus des petits agriculteurs locaux. Ce sont autant de dossiers que devront suivre les nouveaux patrons Afrique de Deutsche Bank.

La relance post-covid ciblée

Mais il semble qu’au-delà d’une simple stratégie de développement de l’influence mondiale du groupe, Deutsche Bank cherche désormais à se positionner au moment où les économies africaines pensent leur relance. A l’occasion, l’expertise du groupe bancaire allemand est même présentée comme « essentielle pour soutenir la reprise du continent et aider à résoudre les problèmes à long terme qui freinent le développement ». La banque s’intéresse notamment au financement des échanges commerciaux « à destination et en provenance de l’Afrique ».

Sous l’œil de Sigmar Gabriel

En interne en tout cas, Deutsche Bank regarde de près à l’Afrique. Outre l’arrivée de Loïc Voide et Kees Hoving aux commandes du développement régional, le géant allemand de la banque a recruté en début d’année, l’ex-vice chancelier allemand Sigmar Gabriel. Même si le groupe met en avant l’apport qu’il représente pour ses affaires européennes, l’ex-ministre allemand de l’Economie et des finances, puis des Affaires étrangères dispose d’entrées stratégiques à travers l’Afrique, qui serviraient bien au développement de la première banque allemande dans la région.

afrique.latribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut