Accueil / Finances / Banques au Burkina : Apollinaire Compaoré et Mahamoudou Bonkoungou obtiennent un feu vert de la BCEAO

Banques au Burkina : Apollinaire Compaoré et Mahamoudou Bonkoungou obtiennent un feu vert de la BCEAO

Banques au Burkina : Apollinaire Compaoré et Mahamoudou Bonkoungou obtiennent un feu vert de la BCEAO

Selon la très informée source lalettredaffaires.com, longtemps attendu, les hommes d’affaires burkinabè Apollinaire Compaoré et Mahamoudou Bonkongou viennent d’obtenir l’agrément de la BCEAO qui leur donne enfin le plein pouvoir de se lancer dans le secteur bancaire.

Ainsi en a décidé la Commission bancaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), lors de sa dernière session tenue le 27 septembre 2017 à Dakar au Sénégal. L’homme d’affaires burkinabé, multi-récidiviste en matière de demande d’agrément, a enfin obtenu gain de cause, soutenu qu’il est par son partenaire technique, à savoir la Banque Régionale des Marchés (BRM). Cependant le niveau d’endettement élevé de ses entreprises auprès du secteur bancaire n’est pas sans soulever des questions dans les milieux des hommes d’affaires précise la même source.

La Commission bancaire a aussi autorisé, la prise de contrôle de la Banque de l’Habitat du Burkina Faso par le groupe Bonkoungou Mahamadou et Fils(Ebomaf) soutenu par la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS) en tant que partenaire technique. Si le sérieux des propriétaires d’Ebomaf, n’est plus à démontrer, il est en revanche pertinent de se demander dans quelle mesure un entrepreneur, acteur non bancaire, se voit autorisé à prendre le contrôle d’une banque.

Cependant, il y a de quoi rester suspicieux par rapport à ces conclusions pour le moins mitigé de la BCEAO. Notamment celles portant sur le point précis du niveau d’endettement des entreprises de l’homme d’affaires Apollinaire Compaoré mais aussi l’autorisation d’un entrepreneur, acteur non bancaire, à prendre le contrôle d’une banque tel le cas de Mahamadou Bonkoungou.

En rappel, Apollinaire Compaoré a fait fortune dans les télécommunications et Mahamadou Bonkoungou dans les BTP donc deux aspirants du secteur bancaire. L’on se demande en ce sens effectivement qu’est ce qui a donc motivé ces choix de la commission bancaire de la BCEAO si l’on s’en tient à la rigueur qui prédispose l’investissement dans le secteur ?

La Rédaction

Aller en haut