Accueil / Finances / Banques : Nedbank veut généraliser les distributeurs interactifs en Afrique

Banques : Nedbank veut généraliser les distributeurs interactifs en Afrique

Banques : Nedbank veut généraliser les distributeurs interactifs en Afrique

Un distributeur automatique interactif de billets sera bientôt disponible en Afrique. Le groupe bancaire Nedbank effectue actuellement une expérimentation du mécanisme à Johannesburg. Ce nouveau dispositif devrait faciliter les opérations bancaires au-delà des heures de fermeture.

Inédit ! Le groupe bancaire Nedbank pourrait doter l’Afrique de son premier distributeur automatique interactif de billets. La nouvelle installation est en train d’être expérimentée dans le quartier Sandton à Johannesburg en Afrique du sud. Une méthode qui pourrait révolutionner le système bancaire en Afrique, assure le directeur général de Nedbank integrated channels, Brian Duguid.

« En tant que banque universelle, nous sommes engagés à offrir à nos clients des services bancaires de valeur grâce à des méthodes novatrices qui créent des expériences sûres, commodes et mémorables. Ce dispositif de pointe offre un moyen supplémentaire d’accès aux guichets de banque », a-t-il expliqué.

Pour le banquier, le nouvel instrument, en étant déjà « une solution classique de retrait de fonds », permet de jouir d’un véritable service de caisse interactif (dépôt et retrait) à tout moment, même au-delà des heures de fermeture des banques.

L’introduction de ce nouveau type de service pourrait induire de profonds changements dans les prestations bancaires de beaucoup de pays africains. Nedbank, actionnaire principal de Ecobank, la banque panafricaine dont le siège est à Lomé, pourrait en faire profiter 36 pays membres du réseau. Si la direction du groupe Nedbank n’a pas donné de date précise ou de calendrier précis pour la mutation de ses 3.500 distributeurs actuels, il faut néanmoins s’attendre à un changement si l’expérimentation est positive.

Plusieurs avancées dans le banking africain

Ces derniers temps, diverses mutations dans le secteur bancaire en Afrique ont réjoui les observateurs et ont fait penser à une révolution du secteur.

L’apparition des cartes Gimac en Afrique centrale et d’autres types de carte, le WeCashUp, et les opérations de mobile banking introduites dans la banque en Afrique ont largement renouvelé le banking sur le continent. Selon Valentin Mbozo’o, directeur général du Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (GIMAC), ces diverses évolutions du banking en Afrique répondent aux besoins « d’accentuation de la bancarisation des populations, de l’intégration des pays, de l’inclusion financière, etc. »

Le distributeur interactif de billets vient, en effet, faciliter les affaires, contribuer à la lutte contre les braquages et mobiliser beaucoup plus de personnes vers les banques. Peu importe l’heure à laquelle on reçoit sa paie, on peut passer rapidement auprès du distributeur pour le dépôt. Le risque de trimbaler à une heure tardive avec des millions dans la poche est ainsi dépassé. Une bonne initiative en somme.

Cependant, il ne faut pas oublier le coût faramineux de la révolution. Pour revoir tous ses distributeurs automatiques (3.500 en Afrique du sud), Nedbank va devoir sortir de gros moyens. Idem pour Ecobank. Il faudra être sûr du volume d’augmentation des chiffres d’affaires pour opérer le changement.

La Tribune Afrique

Aller en haut