Accueil / Finances / Barclays Africa prépare une restructuration en profondeur

Barclays Africa prépare une restructuration en profondeur

Barclays Africa prépare une restructuration en profondeur
Après la séparation entre Barclays Africa et sa maison-mère londonienne, la banque basée à Johannesburg prévoit de se diviser en 4 unités opérationnelles. Une hyper-segmentation qui sera accompagnée d’une offensive continentale et numérique avec pour objectif de faire doubler la taille de la banque et d’accroître la part des revenus hors Afrique du Sud.

Barclays Africa vient d’annoncer une nouvelle étape de sa restructuration après qu’elle ait quitté le giron de sa maison-mère en 2017. La troisième banque d’Afrique du Sud compte se diviser en 4 unités opérationnelles, en séparant la banque de détail et d’affaires, la banque d’investissement, santé et assurance ou encore le reste de ses activtés continentales.

Scission totale avec Barclays prévue pour 2021

La séparation entre Barclays et sa filiale africaine s’est pour rappel, inscrite dans un processus ayant démarré en 2016 et qui devrait continuer jusqu’au désengagement total de l’établissement bancaire de son ex-filiale en 2021. Barclays a ainsi versé 765 millions de livres (1,1 milliard de dollars) lors du processus de scission, alors que le management de Barclays Africa définira sa propre stratégie de croissance tant en Afrique du Sud, qu’au niveau continental.

Pour mener à bien cette stratégie, le management a nommé Yasmin Masithela ancienne responsable de la conformité à la tête des services stratégiques, responsable de la stratégie numérique, de la stratégie du groupe ou encore de la séparation entre la banque et sa maison-mère britannique. Bongiwe Gangeni dirigera de son côté, les services bancaires privés et commerciaux et héritera au passage du poste de DG adjoint des services bancaires aux particuliers et aux entreprises en Afriques du Sud.

Stratégie d’hyper-segmentation

La direction du pôle R&D et technologie sera confiée à Charles Russon, alors que la direction des risques sera chapeautée par August Van Heerden qui intégrera au passage le comité exécutif. Cette répartition devrait permettre à Barclays Africa de doubler sa taille, et capter 12% de ses revenus bancaires hors Afrique du Sud. En plus de la segmentation, la banque étudie les possibilités d’acquisitions, de partenariats stratégiques, d’implantation dans de nouveaux marchés, voire la digitalisation de l’ensemble de ses opérations pour soutenir sa croissance.

Maria Ramos, directrice générale de Barclays Africa a déjà confirmé la création d’une filiale dédiée au crédit à la consommation qui aura une présence continentale. Le management a également confirmé la construction d’un centre de gestion de paiement et le renforcement de ses plateformes de banques mobiles. Une série de chantiers qui intègre également l’identité du groupe, qui changera son nom de Barclays Africa à Absa Group courant 2018.

afrique.latribune

Aller en haut