Accueil / Finances / BARDWAZSINGH JOKHOO, DE LA DEVELOPMENT BANK OF MAURITIUS …

BARDWAZSINGH JOKHOO, DE LA DEVELOPMENT BANK OF MAURITIUS …

BARDWAZSINGH JOKHOO, DE LA DEVELOPMENT BANK OF MAURITIUS …

BARDWAZSINGH JOKHOO, DE LA DEVELOPMENT BANK OF MAURITIUS : «NOUS DÉCAISSERONS RS 30 M À RS 40 M PAR MOIS POUR LES ENTREPRENEURS»

 

Après avoir traversé des moments difficiles, la Development Bank of Mauritius peut aujourd’hui pousser un ouf de soulagement. Sa situation financière s’est nettement améliorée. Dans cet entretien, Bardwazsingh Jokhoo, Acting Managing Director de l’institution, évoque les priorités et les nouveaux projets de la DBM.

La DBM a connu une période de morosité ces dernières années. Comment se portent ses activités actuellement ?
Nous avons quelque peu assaini nos finances. Nous avons pu payer nos dettes afin de réduire les intérêts. D’ailleurs, le ministre des Finances a lui-même indiqué que l’endettement est passé de Rs 3 milliards à Rs 475 millions, ce qui est un grand soulagement pour la DBM. Cela nous a permis de respirer. Nous pouvons maintenant recommencer notre activité principale qui est d’offrir des prêts aux Petites et moyennes entreprises (PME).

L’institution vient justement de lancer un ‘scheme’ à l’intention des entrepreneurs. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Le Micro-Credit Scheme a été annoncé lors de la présentation du Budget 2016-17. Nous sommes appelés à appliquer cette mesure. Pour ce faire, une vaste campagne de sensibilisation sera menée à travers le pays pour susciter l’engouement pour des demandes d’emprunts. Nous offrirons des prêts à hauteur de Rs 250 000 à un taux préférentiel de 6 % par an. Cela concerne les secteurs traditionnels tels que l’agriculture, la pêche, l’artisanat et le secteur manufacturier. Nous comptons aussi promouvoir les produits agricoles à valeur ajoutée. Dans l’immédiat, nous comptons décaisser Rs 30 millions à Rs 40 millions par mois pour octroyer des prêts aux entrepreneurs.

Quels sont les critères à respecter pour bénéficier du programme ?
Nous n’avons pas de critères établis pour l’instant. Si une personne veut lancer son business mais qu’elle n’a aucune idée de la manière dont elle doit procéder, elle peut se rendre à la DBM. Nous l’aiderons à préparer son dossier pour une demande de crédit. Je tiens toutefois à souligner qu’il est important d’étudier la capacité de remboursement du client. La DBM se propose aussi de guider l’entrepreneur dans le développement de son Business Plan. Nous lui offrirons les formations nécessaires.

La MauBank et MyBiz offrent déjà ce type de services. Dans quelle mesure la DBM se démarque-t-elle des autres institutions financières ?
Il faut avant tout comprendre que la DBM est l’unique banque de développement à Maurice. Ce n’est pas une banque commerciale, comme l’est la MauBank qui est régie par la Banking Act. La DBM est une banque indépendante. Nous sommes tenus de rendre des comptes uniquement au ministère des Finances. Ce qui signifie que nous ne sommes nullement en compétition avec des banques commerciales de l’île. D’ailleurs, ces dernières ne veulent pas consentir des prêts à des entrepreneurs dans des secteurs à haut risque. Nous sommes donc appelés à fill in the credit gap.

Quels sont les nouveaux projets de la DBM ?
Comme annoncé lors de la présentation du Budget, nous deviendrons des pionniers dans le développement d’espaces industriels. Nous disposons déjà de parcs industriels à Plaine-Lauzun, à Coromandel, à Vacoas-Phœnix, à La Tour Kœnig et à Rodrigues. Notre tâche consiste maintenant à construire d’autres à Plaine-Magnien et à Vuillemin.

De plus, nous envisageons de convertir des bâtiments à Coromandel en espaces industriels dédiés aux PME. Et nous projetons de construire des parcs dans les régions rurales si des habitants démontrent un intérêt pour l’entrepreneuriat. En outre, nous lancerons prochainement deux nouvelles succursales à Surinam et à Goodlands.

 

 

 

defimedia.info

Aller en haut