mardi 22 septembre 2020
Accueil / Finances / Bceao : un nouveau train de mesures pour promouvoir l’e-paiement, en riposte au coronavirus

Bceao : un nouveau train de mesures pour promouvoir l’e-paiement, en riposte au coronavirus

Bceao : un nouveau train de mesures pour promouvoir l’e-paiement, en riposte au coronavirus

Alors que la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus frappe de plein fouet ses pays membres, la BCEAO continue de mettre les bouchées doubles pour la promotion des gestes barrières, notamment ceux visant à limiter les contacts physiques.

Depuis le 03 avril, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur, pour une durée de 30 jours renouvelable, en vue de réduire l’usage de la monnaie fiduciaire ou cash au profit des paiements électroniques.

Plus de frais pour les toutes petites transactions

La première de cette série de mesures concerne les transferts entre particuliers. Ainsi, la BCEAO rend gratuits les transferts nationaux de monnaie électronique entre personnes pour les transactions inférieures ou égales à 5 000 FCFA. Outre les moyens de paiement mobile, cette disposition porte également sur les virements entre comptes bancaires et porte-monnaie électroniques. Au Togo, Togocel, l’opérateur historique, avait annoncé la semaine dernière la gratuité de l’ensemble des transactions via son service de Mobile money TMoney. Moov, son dauphin l’a rejoint après les recommandations du ministère de tutelle et de la Banque centrale.

Les factures d’eau et d’électricité de moins de 50 000 FCFA exemptées de frais de transaction

Dans la même lignée de mesures, les paiements de factures d’eau et d’électricité, via la téléphonie mobile, pour les montants inférieurs ou égaux à 50 000 francs CFA, ont été exonérés de frais, de commun accord avec les opérateurs de chaque pays de l’Uemoa, notamment Moov (Flooz) et Togocel (TMoney). La mesure est la bienvenue au Togo où les sociétés en charge de l’électricité et de l’eau misent plus que jamais sur le paiement à distance pour les recouvrements.

Un allègement de charge pour les commerçants

Plus que convaincue que l’e-paiement sera déterminant dans la lutte contre le coronavirus, la BCEAO dont la zone couverte a pris du retard en matière de paiement électronique, mise désormais sur les commerçants acceptant ces moyens de paiement.

Ainsi, depuis le 03 avril, les commerçants qui reçoivent les paiements électroniques sont exemptés des commissions qu’ils versent aux émetteurs de monnaie électronique. Ces frais ont été supprimés, une mesure susceptible d’être reconduite au terme des 30 jours, selon l’évolution de la situation sanitaire, a informé la Banque basée à Dakar.

D’autre part, informe l’institution, ces commerçants se sont vu réduire de 50%, les commissions payables aux banques sur les paiements marchands, adossés à la carte dans le réseau du Groupement interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (GIM-UEMOA). Une mesure salutaire qui vise à pousser plus de commerçants à recourir aux moyens de paiement électronique.

Les frais de virement et de retrait au DAB, abaissés de moitié

Dans la même veine, la BCEAO s’engage à ne plus recevoir sa part des frais liés aux traitements des virements bancaires. Ainsi, sont abaissés de 50% les frais de virements bancaires de la clientèle, traités via son système de compensation, SICA-UEMOA.

De même, le coût d’un retrait par carte bancaire au Distributeur automatique de billets (DAB) dans le réseau régional du GIM-UEMOA a été réduit également de moitié, alors que la Banque centrale continue d’inviter ses banques commerciales à veiller à l’alimentation suffisante des guichets automatiques en billets.

Plus qu’un numéro de téléphone pour s’offrir un compte de monnaie électronique

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Jusqu’au 03 mai au moins, les citoyens de l’Uemoa peuvent ouvrir un compte de monnaie électronique, avec leur numéro de téléphone. C’est ainsi que peut être résumée la 7e mesure prise par la BCEAO, en vue de limiter les contacts physiques.

« Les émetteurs de monnaie électronique sont autorisés à activer les porte-monnaie électroniques sur la base des données de la téléphonie mobile, sous réserve de recueillir par tout moyen l’accord du client et de réaliser les diligences liées à l’identification à distance, dans la limite des plafonds réglementaires », a-t-elle ordonné.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut