Accueil / Tic & Telecoms / Bénin : le géant des télécoms Huawei forme les talents du numérique et renforce le soft power chinois

Bénin : le géant des télécoms Huawei forme les talents du numérique et renforce le soft power chinois

Bénin : le géant des télécoms Huawei forme les talents du numérique et renforce le soft power chinois
Dix jeunes béninois diplômés dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) viennent de s’envoler pour la Chine. Sélectionnés pour l’excellence de leur résultats et leur aptitude à manier la langue anglaise, les étudiants vont se retrouver immergés dans le monde des nouvelles technologies en république populaire de Chine. En Afrique, la firme n’hésite pas à multiplier les projets pour encourager la construction régionale et la participation à la communauté numérique. La société vise un transfert des technologies vers les pays du continent à travers les formations qu’elle dispense dans différents secteurs d’activités.

Cette année, plus de 55 dossiers ont été reçus et minutieusement étudiés pour aboutir au choix des dix lauréats. « Conscient de notre rôle au Bénin, nous avons mis en place le programme « Seeds for the future » pour révéler des talents », affirme Philippe Wang. La ministre béninoise de l’économie numérique et de la communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a procédé ce jeudi à Cotonou, en présence du vice-président régional de Huawei technologies, Philippe Wang, au lancement du programme. Et c’est loin d’être une première pour la multinationale. L’initiative a déjà été mise en œuvre dans 95 pays et organisations dans le monde entier, bénéficiant à plus de 30 000 étudiants de 280 universités. Parmi eux, plus de 2 700 étudiants universitaires ont effectué un voyage d’étude au siège de Huawei. La société mondiale de télécommunication mise énormément sur cette initiatives RSE pour développer son l’économie numérique et la formation de nouveaux talents sur le continent.

Construire une pépinière innovante

En Afrique, elle multiplie les projets pour améliorer et encourager la construction régionale et la participation à la communauté numérique. Le but, créer une pépinière de jeunes avertis dans le domaine du numérique et les former sous l’égide de professionnels de l’industrie. La ministre a saisi l’occasion de ce lancement pour rappeler la bonne collaboration entre les deux pays ; « Cette cérémonie est la preuve qu’il existe une très bonne relation entre la Chine et le Bénin et par ricochet entre le ministère de l’économie numérique et de la communication et l’entreprise Huawei Technologies », a précisé Aurélie Adam Soulé Zoumarou avant d’exhorter les dix lauréats à saisir l’occasion de ce voyage qui va durer du 16 au 27 juillet prochain, pour nouer des relations humaines, constituer un réseau, en plus des connaissances techniques à acquérir.

Combler la fracture numérique

Pour le vice-président de Huawei Technologies, Philippe Wang, le développement du numérique est d’une importance capitale dans le développement d’un pays. Et ceci passe non seulement « par le développement massif des infrastructures et la généralisation de l’accès au haut débit mais aussi par un investissement à long terme pour former les jeunes talents qui puissent gérer et valoriser les infrastructures et bien se préparer pour le futur », a t-il souligné. Il a ainsi rappelé que la société de télécom était l’un des principaux fournisseurs de technologies comblant la fracture numérique.

Selon l’ambassadeur de la République populaire de Chine auprès du Bénin, Peng Jingtao, la ville de Shenzen qui abrite le siège de Huawei technologies est l’une des villes les plus en vue en Chine et dans le monde. « La Chine reste ouverte pour le transfert de technologie et a formé plus de 30 000 élites des start-up africaines », a expliqué le diplomate chinois. Aux lauréats, il a rappelé qu’ils sont des grands atouts pour le développement du Bénin et pour leur propre futur. Plaçant le programme dans son contexte, Philippe Wang a affirmé qu’il a été mis en place dans le cadre du partenariat entre les deux pays pour aider les meilleurs jeunes étudiants du domaine à affronter les réalités technologiques du futur.

afrique.latribune

Aller en haut