Accueil / Développement / Bénin: un rapport d’audit relève un trou dans la filière coton

Bénin: un rapport d’audit relève un trou dans la filière coton

Bénin: un rapport d’audit relève un trou dans la filière coton

Au Bénin, la filière coton se porte bien avec une production record de plus de 451.000 tonnes annoncée pour le compte de la campagne 2016-2017. Sauf que derrière cette performance se cache un trou financier de 125 milliards de F CFA (plus de 217 millions de dollars) disparus lors des 3 dernières campagnes, selon un rapport d’audit commandé par l’actuel gouvernement.

Mercredi 28 juin 2017: le conseil des ministres a présenté les conclusions d’un rapport d’une mission d’audit organisationnel, technique et financier de la filière, ainsi que sur la gestion de la Société nationale pour la promotion agricole (SONAPRA) et de la Centrale d’achat des intrants agricoles (CAIA).

La gestion de cette filière par le gouvernement précédent a engendré sur les campagnes 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016, une perte estimée à 125 milliards de F CFA, lit-on dans le compte rendu de la réunion hebdomadaire. Par ailleurs, poursuit-il, de graves irrégularités ont été relevés dans la gestion de la filière coton au titres desdites campagnes, « portant des préjudices importants à l’Etat ».

Et de citer quelques unes: « des défaillances » dans l’organisation du cadre transitionnel de la gestion de la filière, une gestion peu rationnelle et peu optimale de l’achat des intrants avec une surestimation de 20% des besoins par campagne, couronnée par des achats « effectués en violation des dispositions du code des marchés publics ou à des conditions économiques non optimales pour la filière ».

Le rapport note, en effet, des acquisitions d‘intrants industriels pour un montant global de 9,4 milliards au titre des 3 campagnes, acquisitions effectuées par une procédure de gré à gré, « sans autorisation préalable de la Direction nationale de contrôle des marchés publics ». Les montants des achats effectués sur appels, annulés avant terme en conseil des ministres puis remplacés par ces procédures dites exceptionnelles s’élèvent à 118 milliards de F CFA, dont 50 milliards pour la campagne 2014-2015 et 10 milliards pour la campagne 2015-2016, précise-t-on.

Autre constat, des cas de paiements de commandes non livrées portant un montant total de 957 millions de F CFA dont 374 millions relatifs à la campagne 2014-2015, et 583 millions pour la campagne suivante. On mentionne même les sociétés concernées: les fournisseurs Agrophyto, Klass et APS auraient ainsi respectivement empoché 262 millions de F CFA, 79 millions et 33 millions pour le compte de la campagne 2014-2015, alors que Evakely Group auraient touché jusqu’à 583 millions pour la campagne 2015-2016.

Par ailleurs, le rapport relève plusieurs autres cas dits « d’incertitudes et d’irrégularités ». On cite, entre autres, des dépenses non justifiées de 39 milliards de F CFA, ainsi que des ventes d’insecticides non facturées dans diverses communes, pour un montant de 1,3 milliards de F CFA.

Des « poursuites judiciaires appropriées »

Mais le gouvernement ne compte pas en rester là. « Les responsabilités et complicités de ces actes de mauvaise gouvernance sont à rechercher au niveau, d’une part, des membres des commissions mises en place par le gouvernement précédent pour la gestion de la filière coton et d’autres part, de la direction générale des sociétés Sonapra, ONS, CAIA » précise-t-il.

D’ailleurs, le conseil a instruit le ministre de la justice d’engager « les poursuites judiciaires appropriées et de faire prendre des mesures de saisies conservatoires pour assurer le remboursement » une fois que la responsabilité des personnes citées serait établie.

Komi Koutché, ex-ministre de l’économie et des finances de Yayi Boni – entre août 2014 et avril 2016, et son directeur de cabinet, Servais Adjovi, sont les principaux chefs de fil des personnes citées, en leur qualité respective de superviseur et de président du comité chargé de suivi des flux physiques et financiers et du déroulement des activités de la campagne 2014-2015.

Nephthali Messanh Ledy
financialafrik

Aller en haut