jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Développement / BlueOrchard annonce un fonds de 350 millions $ ciblant des micro-entreprises africaines

BlueOrchard annonce un fonds de 350 millions $ ciblant des micro-entreprises africaines

BlueOrchard annonce un fonds de 350 millions $ ciblant des micro-entreprises africaines

Pour participer à la relance des entreprises touchées par la covid-19 dans des marchés émergents, le gestionnaire BlueOrchard et trois investisseurs institutionnels (DFC, CDC Group, Jica) vont lancer un fonds d’une taille de 350 millions $.

Le gestionnaire de fonds d’investissement BlueOrchard s’est associé à l’agence d’aide au développement britannique (CDC Group), américaine (Development Finance Corporation – DFC), et japonaise (Jica) pour lancer un fonds d’une taille cible de 350 millions $ dénommé « BlueOrchard Covid-19 Emerging and Frontier Markets MPME Support Fund ».

Il aura un capital initial d’environ 140 millions $, et sera scindé par tranche de 100 millions $. Chaque tranche servira à financer à travers une vingtaine d’établissements financiers partenaires de BlueOrchard près de 3 millions de micro-entreprises dans des marchés émergents.

Ce nouveau véhicule d’investissement sera également doté d’un mécanisme d’assistance technique qui permettra d’accompagner les entreprises durement touchées par la crise.

L’institution allemande de financement du développement, la KfW a signifié  sa volonté de rejoindre le groupe d’investisseurs qui mobilisent du financement au profit du Fonds.

Nick O’Donohoe (photo), directeur général de CDC Group a commenté cette actualité. « Nous sommes heureux d’avoir joué un rôle clé dans le Fonds, lui permettant d’atteindre ce lancement en temps opportun. Il déploiera des capitaux à grande échelle pour des millions de petits entrepreneurs touchés par la pandémie. Il est essentiel qu’un soutien financier soit mis à disposition pour aider à préserver, renforcer et aider les micro, petites et moyennes entreprises à se reconstruire, afin de contribuer à la croissance à long terme et à la stabilité économique des marchés émergents.»

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut