Accueil / Finances / BOA s’annonce en Afrique du Sud

BOA s’annonce en Afrique du Sud

BOA s’annonce en Afrique du Sud

Le président-directeur général de BMCE Bank of Africa annonce que son groupe prévoit de s’implanter, avant fin 2018, dans 5 nouveaux pays du continent, dont l’Afrique du Sud.

2018 devrait être une année charnière dans l’aventure africaine de BMCE Bank of Africa. La banque panafricaine prévoit en effet de s’implanter dans cinq nouveaux pays du continent avant la fin de l’année. La projection émane de son président-directeur général, Othman Benjelloun (photo). Dans une interview accordée à notre confrère en ligne Médias24, le patron de la banque marocaine la plus présente en Afrique déclare: «Nous négocions également l’ouverture de nouvelles banques en Afrique australe et devrions, à fin 2018, planter notre drapeau dans cinq nouveaux pays, dont l’Afrique du Sud et le Zimbabwe». Si le plan d’expansion se réalise comme prévu, ce sera alors une grande première pour un établissement bancaire marocain. En effet, l’Afrique australe anglophone demeure fermée au secteur financier du royaume. Il reste toutefois à savoir quel type de présence BMCE Bank of Africa, déjà active dans une vingtaine de pays africains, négocie dans un marché aussi mature et robuste que l’Afrique du Sud. À ce jour, les banques sud-africaines mènent le jeu dans le secteur bancaire africain. Les trois plus grands groupes du continent -Standard Bank Group, First Rand et NedBank Group- sont tous de la Nation arc-en-ciel.

20.000 salariés  
Lors de cette interview, le patron de BMCE Bankof Africa se félicite de l’augmentation des investissements de son groupe, qui s’est matérialisée en 2017 par l’obtention d’une licence bancaire au Cameroun. «Cette stratégie d’augmentation des investissements en Afrique permet le développement des résultats de BOA qui affiche une bonne santé financière d’année en année». Selon Othman Benjelloun, la filiale africaine de son bateau amiral enregistre, en fonction des aléas, une croissance d’un ou de deux chiffres (www.leseco.ma). «BOA compte 5.300 salariés sur le continent et, dans les années à venir, nous passerons à 10.000 puis 20.000 salariés africains», affirme Benjelloun.

Fonds africain
L’autre chantier majeur du banquier marocain sur le continent porte sur le lancement d’un fonds sino-marocain, en partenariat avec le China Africa Development Fund (CAD Fund). Le mémorandum avait été signé entre les deux parties en mai 2016. Ce fonds pourrait être opérationnel au «milieu de l’année 2018», suite à l’intérêt manifesté par des partenaires chinois, selon Benjelloun. «Je vous donnerai des chiffres précis dans quelques mois car, dans ce genre d’opérations, il importe d’avoir l’autorisation préalable des autorités monétaires des deux côtés. Il est toujours prévu qu’il passe de 1 milliard de dollars à 10 milliards dans quelques années», promet le patron du groupe BMCE.

CEDEAO, «très bientôt»
Très impliqué sur les dossiers africains du Maroc, le chef de file des banquiers du royaume se dit optimiste quant à une issue favorable de la candidature marocaine pour l’intégration à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette entrée, selon le président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) qui participe aux négociations, serait «pour très bientôt». Le royaume mobilise  tous les moyens mis à sa disposition pour faire aboutir son projet d’adhésion à la CEDEAO. Pour Benjelloun en tout cas : «l’Afrique est notre priorité car la réintégration du Maroc dans sa famille de l’UA et les négociations politiques avec la CEDEAO vont entraîner de belles répercussions économiques pour nos activités».

Les Eco

Aller en haut