Accueil / Auto & Transports / Boeing se réorganise en profondeur et crée une branche « services »

Boeing se réorganise en profondeur et crée une branche « services »

Boeing se réorganise en profondeur et crée une branche « services »

Le groupe a annoncé l’arrivée d’un nouveau patron pour la branche aviation commerciale et la création d’une division qui regroupera les activités services des branches « aviation commerciale » et « défense et spatial ».

 

Seize mois après son arrivée aux commandes de Boeing, Dennis Muilenburg continue de rebattre les cartes , en annonçant une réorganisation d’ampleur. Le groupe d’aéronautique et de défense a annoncé dans la nuit de lundi à mardi, la création d’une troisième division, baptisée Boeing Global Services (BGS), qui regroupera à Dallas, les activités de services – après-vente et maintenance – de la branche Aviation commerciale, Boeing Commercial Airplanes (BCA) et de la branche défense et spatial (BDS). Autre annonce majeure de la nuit dernière: Dennis Muilenburg a choisi le successeur de Ray Conner à la tête de la branche aviation commerciale, en la personne de Kevin McAllister, 53 ans, qui dirigeait jusqu’à présent GE Aviation services, l’activité services du fabrication de moteurs d’avions de General Electric. Un choix qui marque non seulement la poursuite du rajeunissement de l’équipe dirigeante de Boeing, avec la prise de pouvoir des « quinquas », mais aussi une rupture avec l’habitude de recruter le patron de BCA en interne.

Le troisième pilier du groupe

A l’instar de son concurrent Airbus, Boeing n’a jamais caché son ambition de se développer sur le marché très profitable des services, aujourd’hui encore dominé par les équipementiers, les motoristes et les grandes compagnies aériennes. L’avionneur, qui revendique 7 % de part de marché sur les services à l’aviation commerciale et 9 % dans la défense, a notamment développé de longue date, une offre « packagée » associant des services de maintenance à la vente d’un avion. Mais, outre la résistance des grandes compagnies aériennes à cette ambition concurrente de leurs propres services de maintenance, Boeing n’était pas allée jusqu’à en faire une division à part entière, sur un pied d’égalité avec BCA et BDS. C’est désormais chose faite.

Basée à Dallas

Basée à Dallas et dirigée par Stanley Deal (52 ans), ex-patron de la branche services de BCA, cette nouvelle branche du groupe démarrera au troisième trimestre 2017 et devrait regrouper quelques 25.000 salariés (moins les doublons prévisibles). Elle devrait permettre de mieux exploiter les synergies entre l’aéronautique civile et la défense, dont les plate-formes sont parfois les mêmes, et de générer des réductions de coûts. Face à la baisse de ses profits , Boeing s’est en effet engagé dans des recherches d’économies et de réductions d’effectifs. La création de BGS permettra aussi de mieux valoriser cette activité en forte croissance et d’affirmer les ambitions de Boeing sur ce marché d’une valeur estimée de « 2.500 milliards de dollars sur les dix prochaines années », selon le communiqué.

Réduire le poids de BCA

Cette réorganisation illustre également les efforts de Boeing pour réduire sa dépendance au marché de l’aviation commerciale, dont le poids dans les résultats du groupe, n’a cessé de croître, ces dernières années, du fait du dynamisme des commandes d’avions et de la baisse des commandes du Pentagone. La perte des activités de services devraient déjà réduire mécaniquement la contribution de BCA au chiffre d’affaires, qui avait atteint près de 65 %, contre 50 % il y a dix ans. Et contrairement à son prédécesseur, Kevin McAllister n’aura pas droit au titre de « vice-chairman » de Boeing, conservé par Ray Conner jusqu’à la fin 2017 et son départ à la retraite. Une façon de ne plus faire automatiquement du patron de BCA, le numéro deux du groupe.

 

BRUNO TREVIDIC
lesechos

Aller en haut