Accueil / Auto & Transports / Boudjema Talai, ministre des Transports : Vers une nouvelle organisation du transport routier

Boudjema Talai, ministre des Transports : Vers une nouvelle organisation du transport routier

Boudjema Talai, ministre des Transports : Vers une nouvelle organisation du transport routier

« La mise en service de la 2e tranche du métro d’Alger, reliant Bachdjarah à El-Harrach, le 5 juillet prochain »

« Le permis à points sera appliqué »

«La décision est prise. Le permis à points sera appliqué, on est en train de plancher sur ce dossier», a annoncé, hier, le ministre des Transports, lors d’un point de presse tenu au siège de son département, en marge de la rencontre d’évaluation des directeurs des 48 wilayas. «Un dispositif juridique est mis en place. Mieux, nous sommes en train de recadrer les choses du point de vue technique avec le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, et les choses vont bon train.» Pour Boudjema Talai, cette décision est porteuse de solutions. «Celui qui conduit mal ou ne respecte pas le code de la route, n’aura pas de permis.» Outre ce document, le ministre promis également le renouvellement du parc routier. «On le fera. La SNVI a les moyens et fabrique des bus. Il n’y a pas d’inconvénient pour aller au bout de notre action.» Interrogé sur la mise en service de la 2e tranche du métro d’Alger, liant Bachdjarah à El-Harrach, M. Talai dit qu’«on a démarré la marche à blanc et le projet sera livré dans les délais : le 5 juillet prochain». S’agissant du chemin national du transport, le ministre précise qu’«on est en train de le revoir.» Et d’enchaîner : «On se base sur les flux à transporter. On ne fait pas du transport pour le décor, mais pour transporter des gens.»

Renforcement de la flotte d’Air Algérie
Se prêtant au jeu des questions-réponses, le ministre a tenu à rassurer la communauté algérienne établie à l’étranger, lui précisant que les billets d’avion ne sont pas chers. «Je suis persuadé que le problème n’est pas relatif à la cherté des billets mais à la qualité des services.» Ce n’est pas tout, puisque M. Talai fait part du renforcement de la flotte d’Air Algérie pour passer de 44 avions à 59, et ce dans les meilleurs délais. «La programmation des vols sera revue», indique le premier responsable des Transports. Pour Air Algérie, les choses vont changer. Très prochainement. «On a de bons avions, de pilotes compétents, reste à définir les missions des uns et des autres, car le plus important est de voir chacun faire son travail selon les normes requises.» Pour le transport maritime entre les villes côtières, M. Talai souligne que «la démarche est possible pendant la période estivale». Par ailleurs, le ministre a dressé un réquisitoire en bonne et due forme. À commencer par le déficit enregistré en matière de coordination entre les différentes directions de transport. «En dehors des programmes sectoriels, il faut une action commune qui nous mène dans le même sens.» M.Talai a également qualifié de «déficient» le transport aérien et ferroviaire. Quant au transport routier, le ministre dit que celui-ci est dans une situation «catastrophique». Compte tenu de cette situation, des décisions sont prises, par exemple «c’est le rail qui doit transporter le phosphate et les minerais et non par voie routière», préconise M. Talai. Et annonce la réactivation de la commission nationale chargée de la prise en charge des problèmes du secteur, sans pour autant donner de détails.

Agir à tous les niveaux
Dans le même ordre d’idées, le ministre indique qu’«on ne peut pas parler de politique dans notre secteur, si localement il y a absence d’efficacité». Désormais, recommande-t-il, toutes les wilayas auront le même organigramme et les mêmes règlements internes. «Si les choses s’appliquent de manière professionnelle, il n’y a pas de risque que les choses aillent mal. Nos problèmes seront réglés dans un cadre organisé.» Et le ministre de poursuivre : «Quand les problèmes se multiplient, on ne parle plus de feuille de route mais d’action à mener dans l’immédiat. On a appelé les responsables de directions de wilayas pour leur dire que le problème est d’ordre organisationnel. Quand les choses simples sont écrites et sont exécutées de manière rigoureuse, la moitié des problèmes est évacuée.» M. Talai trouve que l’idéal est d’«agir à tous les niveaux : permis de conduire, auto-écoles, lignes de transport, agréments.»

Fouad Irnatene
elmoudjahid.com

Aller en haut