Accueil / Bourse / Bourse de Londres : Le sterling chute après le vote UK, réaction limitée sur les Bourses

Bourse de Londres : Le sterling chute après le vote UK, réaction limitée sur les Bourses

Bourse de Londres : Le sterling chute après le vote UK, réaction limitée sur les Bourses

La livre sterling chute vendredi matin après le résultat des élections législatives anticipées au Royaume-Uni où la Première ministre Theresa May a perdu sa majorité absolue au Parlement, ouvrant une période d’incertitude politique alors que le pays doit bientôt entamer les négociations sur le Brexit.
L’impact de ces résultats reste néanmoins limité sur les autres devises et les places boursières. Selon les contrats à terme, le Footsie 100 devrait ainsi ouvrir en hausse de 0,66%.

Le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,14% à l’ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,05% et l’indice paneuropéen Stoxx 600 serait inchangé.

Le Parti conservateur de Theresa May a remporté les élections législatives anticipées de jeudi au Royaume-Uni mais a perdu la courte majorité absolue qu’il détenait à la Chambre des communes. Cette déconvenue “ne sera pas sans impact” sur les négociations du Brexit, qui doivent théoriquement s’ouvrir le 19 juin, a estimé vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici. et

“Le calendrier des négociations du Brexit est une question hautement sensible. Avec un Parlement sans majorité, il est extrêmement difficile d’envisager un scénario dans lequel nous pouvons voir une période de stabilité dans ces moments compliqués”, déclare Naeem Aslam, analyste marchés chez ThinkMarkets.

Theresa May s’exprimera à 10h00 locales (11h00 à Paris), a annoncé la chaîne de radio LBC. Selon la banque Citi, la Première ministre britannique devrait probablement démissionner.

Sur le marché des changes, la livre sterling chute de plus de 2% face au dollar, revenant sous le seuil de 1,27 dollar, à un plus bas depuis le 18 avril et l’annonce par Theresa May d’élections législatives anticipées, dont elle espérait obtenir un majorité renforcée à la Chambre des communes pour pouvoir négocier le Brexit.

La devise britannique recule également de plus de 2% face au l’euro, évoluant à un plus bas depuis la mi-janvier.

“Si la livre sterling a connu un accès de faiblesse au cours des dernières semaines de la campagne électorale, les marchés s’attendaient malgré tout à une majorité conservatrice. Cette faiblesse de la livre n’est donc pas surprenante, et a vocation à perdurer car les investisseurs internationaux exigeront une plus grande prime de risque”, estime Bill Street, Responsable EMEA des investissements chez State Street Global Advisors.

Le billet vert évolue en hausse face à un panier de devises de référence et au yen après l’audition, jeudi, de l’ex-patron du FBI, James Comey, devant le Sénat américain.

Entendu par la commission sénatoriale du Renseignement, James Comey s’exprimait pour la première fois depuis son limogeage qui avait provoqué un début de crise politique le 9 mai, mais sa déposition n’a pas apporté d’information nouvelle susceptible de déstabiliser la Maison blanche.

Son témoignage n’a ainsi guère pesé sur Wall Street, qui a clôturé sur une note très légèrement haussière.

A Tokyo, l’indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,52%, soutenu par l’envolée d’un de ses poids lourds, SoftBank, après l’annonce d’un accord pour le rachat de la société de robotique Boston Dynamics à Alphabet, la maison mère de Google.

L’euro évolue en légère baisse, juste au-dessus de 1,1204 dollar, après avoir déjà reculé jeudi à la suite de la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

L’institution de Francfort a abandonné toute référence à d’éventuelles baisses de taux face à l’amélioration des perspectives économiques dans la zone euro, même si la faiblesse persistante de l’inflation l’a amenée à maintenir en l’état sa politique monétaire ultra-accommodante.

Sur les marchés pétroliers, le baril de Brent se stabilise à 47,76 dollars et le baril de brut léger américain à 45,54 dollars.

Blandine Hénault,
reuters

Aller en haut