dimanche 21 juillet 2019
Accueil / Bourse / Bourse de Paris : Apple, GE, Goldman Sachs, monuments en péril ?

Bourse de Paris : Apple, GE, Goldman Sachs, monuments en péril ?

Bourse de Paris : Apple, GE, Goldman Sachs, monuments en péril ?

Hier, nous avions titré sur une semaine à hauts risques en Europe, entre discussions finales à Londres sur le Brexit (elles ont duré toute la nuit, paraît-il) et date-butoir ce 13 novembre pour que l’Italie amende son budget 2019 (ce qu’elle ne fera sans doute pas). Il y a donc une très forte probabilité pour qu’aucun des deux événements n’aboutisse à une solution définitive, ce qui n’arrangera pas le climat économique. D’autant que pendant ce temps, les Etats-Unis font pas mal d’efforts pour que rien ne tourne rond. Résultats, un sacré bazar sur les marchés financiers.
A Wall Street, quand les icones de l’ancien monde (General Electric), du nouveau (Apple) et de la sphère financière (Goldman Sachs) chutent de concert de plus de 5% à la cloche, c’est qu’il y a un sérieux problème quelque part. Le nouveau patron de GE a expliqué qu’il faudra nécessairement vendre des actifs pour soulager le bilan. Le Californien a pâti des avertissements de plusieurs de ses fournisseurs, qui laissent penser que, cette fois, Apple a été rattrapé par un ralentissement de ses ventes d’iPhones. Quant à Goldman Sachs, c’est son rôle trouble dans le scandale 1MDB qui a rattrapé la banque. Cette affaire relativement ancienne resurgit après des révélations de l’agence Bloomberg, qui a aussi laissé entendre que la Malaisie allait réclamer le remboursement des milliards de dollars évaporés lors de l’affaire (qui a éclaboussé plusieurs établissements, dont certains déjà condamnés).

Ces monuments ne sont pas vraiment en péril, quoique GE ne soit pas en position très enviable, mais le télescopage des mauvaises nouvelles contribue à saper le moral des investisseurs. Dans le même temps, la perspective d’une taxe sur les importations automobiles aux Etats-Unis refait surface alors que Donald Trump et ses conseillers doivent discuter aujourd’hui d’un rapport préliminaire sur la question, commandé il y a quelques mois.

Le CAC40 gagne 0,4% à 5 080 points peu après les premiers échanges. En Asie, les lourdes pertes initiales ont été réduites après des rumeurs de visite du vice-président chinois aux Etats-Unis pour préparer l’entrevue Trump / Xi programmée en fin de mois. Les indices sont même repassés dans le vert en Chine alors que les autorités ont réitéré leur engagement de soutenir le secteur privé en cas de ralentissement économique. Mais Tokyo a clôturé en baisse de 2%. Et tout cela reste bien fragile.

Les temps forts économiques du jour

En Europe, l’inflation allemande (8h00), l’emploi privé français (8h45) et les chiffres britanniques de l’emploi (10h30) permettront de patienter jusqu’à l’indice ZEW de confiance des financiers allemands (11h00, consensus -24,2). Aux Etats-Unis, peu d’indicateurs, hormis la balance budgétaire fédérale (20h00).

L’euro se redresse légèrement à 1,1248 USD (+0,22%). L’once d’or grappille 0,2% à 1 204 USD. Le Brent se reprend de +0,6% à 69,36 USD, tandis que le WTI repasse les 59 USD à la faveur d’un gain de 0,24%. Le taux du 10 ans américain baisse à 3,169% en matinée.

Les principaux changements de recommandations

  • Allied Minds : Jefferies passe de conserver à acheter avec un objectif relevé de 91 à 99 GBp.
  • Aston Martin : HSBC entame le suivi à conserver en visant 1 800 GBp. Mediobanca entame le suivi à neutre en visant 1 610 GBp. Goldman Sachs démarre le suivi à l’achat en visant 2 220 GBp.
  • Cancom : Commerzbank passe de conserver à acheter en visant 53 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : SocGen abaisse de 78 à 73 CHF son objectif en restant à conserver.
  • Continental : Morgan Stanley abaisse de 205 à 190 EUR son objectif, en restant à surpondérer.
  • Eurofins : Morgan Stanley entame le suivi à souspondérer en visant 360 EUR.
  • Ferrari : Goldman Sachs revalorise de 114 à 118 EUR mais reste neutre.
  • Infineon : Goldman Sachs abaisse de 25,40 à 24,20 EUR son objectif en restant à l’achat. JP Morgan réduit de 25,50 à 21 EUR son objectif en restant à surpondérer. Barclays abaisse de 20 à 18,50 EUR son objectif en restant à souspondérer.
  • IP Group : Jefferies abaisse de 160 à 119 GBp son objectif en restant à conserver.
  • LafargeHolcim : Goldman Sachs abaisse de 53 à 51 CHF son objectif en restant neutre.
  • Lanxess : Jefferies réduit de 69 à 61 EUR son objectif en restant à conserver.
  • O2i : GreenSome Finance démarre le suivi à l’achat en visant 2,49 EUR.
  • Orpea : Crédit Suisse passe de surperformance à neutre avec un objectif ramené de 125 à 110 EUR.
  • ProSieben : Macquarie passe de sousperformance à neutre.
  • SAP : AlphaValue reste à accumuler mais réduit de 101,50 à 98 EUR son objectif.
  • Sodexo : Jefferies rehausse de 88 à 94 EUR son objectif, en restant à conserver.
  • Technogym : Berenberg démarre le suivi à l’achat en visant 12,30 EUR.
  • The Swatch Group : SocGen abaisse de 410 à 356 CHF son objectif, en restant à conserver.
  • Tod’s : Jefferies abaisse de 57 à 43 EUR son objectif, en restant à conserver.
  • Total : AlphaValue passe d’alléger à accumuler en visant 62,20 EUR contre 50,50 EUR précédemment.
  • Valiant : Crédit Suisse passe de sousperformance à neutre en visant 115 CHF contre 104 CHF précédemment.
  • Valeo : Morgan Stanley abaisse de 46 à 35 EUR son objectif en restant à pondération en ligne

L’actualité des sociétés

LafargeHolcim va vendre le bloc de contrôle de 80,6% de sa filiale Holcim Indonesia à une entreprise locale pour 1,56 milliard d’euros. Malgré les démentis, Amos Genish serait bien sur la sellette chez Telecom Italia, dont Vivendi est le plus gros actionnaire. Sodexo prend le contrôle de Pronep, qui officie dans l’aide à domicile au Brésil, dans des conditions tenues secrètes. Pas de données financières non plus pour le rachat de Gamed! par TF1. Casino et Rallye devraient porter l’affaire des vendeurs à découvert en justice. Elior aurait mandaté Morgan Stanley et BNP pour jauger de ses options concernant sa branche concessions aéroportuaires, selon ‘Les Echos’. Michelin procède à un rappel limité de pneus vendus au Canada. Devoteam, Interparfums, Lacroix, SIPH, Cafom, O2i, Olympique Lyonnais, Erytech ont publié leurs trimestriels. Mastrad lève 0,4 million d’euros à 0,35 EUR pièce. Paragon ID reprend des actifs de RFID Discovery.

La Maison Blanche fait circuler un projet de rapport sur la protection du marché automobile intérieur par les droits de douane, qui devrait être discuté aujourd’hui par Trump et ses conseillers. Une nouvelle série d’avertissements de sous-traitants d’Apple a fait chuter la marque californienne en bourse hier, provoquant un effet boule-de-neige sur le segment des semiconducteurs. L’Allemagne prépare la riposte à Tesla dans le véhicule électrique : plusieurs acteurs du secteur, dont Volkswagen, vont chercher à déployer une entente dans les batteries. JP Morgan pourrait, avec l’appui de la Banque de France, installer un marché de l’or à Paris. Kellogg étudie la vente sa branche biscuits et snacks aux fruits (Keebler, Stretch Island). La biotech Moderna pourrait être valorisée 7 milliards de dollars lors de son IPO à Wall Street. Les banques italiennes au secours de Banca Carige. En Italie, la filiale Fastweb de Swisscom rachète les actifs fixed-wireless de Tiscali pour 198 millions d’euros. Amazon aurait choisi New York City et la Virginie pour abriter ses nouveaux quartiers généraux, selon le WSJ.

zonebourse

Aller en haut