Accueil / Bourse / Bourse : pour son IPO, Airtel Africa s’entoure de huit géants de la banque internationale

Bourse : pour son IPO, Airtel Africa s’entoure de huit géants de la banque internationale

Bourse : pour son IPO, Airtel Africa s’entoure de huit géants de la banque internationale
Un mois après avoir annoncé son intention de rejoindre une place financière internationale, Airtel Africa vient de nommer huit banques internationales chargées de préparer méticuleusement son IPO.

Les américaines JP Morgan, Citigroup, Bank of America Merrill Lynch, Goldman Sachs International, la britannique Barclays Bank PLC, la française BNP Paribas ainsi que les sud-africaines Absa Group Limited et Standard Bank Group. C’est un cocktail bancaire bien dosé que s’offre Airtel Africa pour préparer son introduction en bourse, annonçait la firme dans un communiqué hier lundi 26 novembre.

Il s’agit donc là d’un pas décisif vers l’IPO d’Airtel Africa sur une place boursière, un projet annoncé officiellement fin octobre dernier. Si l’identité de ladite place relève encore d’un secret de polichinelle, il est tout à fait certain qu’il s’agira, selon la note publique de la firme, d’«un marché boursier international». Les révélations de Reuters en septembre dernier évoquaient même par l’affirmative la London Stock Exchange (LSE).

Cette nouvelle annonce intervient un mois après que Airtel Africa a réussi à convaincre six gros investisseurs -dont le fonds d’investissement américain Warburg Pincus, l’investisseur singapourien Temasek, la compagnie de télécommunications singapourienne Singtel ou encore la multinationale japonaise SoftBank Group International- à investir au total 1,25 milliard de dollars. Une enveloppe qui lui servira à réduire sa dette d’environ 5 milliards de dollars et au développement de ses activités en Afrique.

Réaction positive du marché

Fruit du rachat en 2010 par Bharti Airtel de l’activité africaine du koweïtien Zain -qui a d’ailleurs donné lieu au re-baptême de l’entreprise, Airtel Africa est aujourd’hui actif dans 14 pays en Afrique où il déploie les technologies mobiles 2G, 3G et 4G, ainsi que des services de mobile money. Après avoir connu ce qu’on pourrait qualifier de crise financière, -qui a d’ailleurs débouché sur la cession de filiales au français Orange-, Airtel Africa remonte désormais la pente avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,9% en 2017, 3,036 milliards de dollars.

La ceinture bancaire que Airtel Africa vient de se former annonce déjà une solide IPO et réjouit les marchés. Juste après la publication de son communiqué, le cours de l’action de sa maison-mère, Bharti Airtel, a grimpé de 3% à la National Stock Exchange of India.

Pour l’instant, rien ne filtre quant à la période retenue pour cette IPO. Mais une chose est certaine : une fois le projet concrétisé, Airtel Africa pourrait obtenir une nouvelle bouffée d’énergie. Reste juste que les ténors bancaires choisis pour construire son dossier trouvent le moyen de rassurer les investisseurs, notamment quant à la qualité de management d’Airtel Africa, un des critères décisifs pour ces derniers.

Ristel Tchounand

afrique.latribune

Aller en haut