Accueil / Bourse / Bourse Zurich: ouverture quasiment à l’équilibre, réforme US en ligne de mire

Bourse Zurich: ouverture quasiment à l’équilibre, réforme US en ligne de mire

Bourse Zurich: ouverture quasiment à l’équilibre, réforme US en ligne de mire

La Bourse a ouvert la dernière séance de la semaine, du mois de septembre et partant, du 3e trimestre, juste en dessous de l’équilibre. Les principaux indices américains ont une nouvelle fois clôturé sans tendance claire jeudi, au lendemain de la présentation par les républicains d’un projet de réforme fiscale qui divise déjà, alors que les tensions avec la Corée du Nord semblent avoir été reléguées au second plan.

La Bourse de Tokyo a quant à elle fini en léger repli à cause d’un petit regain du yen face au dollar et malgré une série de statistiques plutôt bien orientées.

Jeudi, la 2e estimation de la croissance du produit intérieur brut (PIB) américain pour le deuxième trimestre a été révisée à la hausse, alors que les inscriptions hebdomadaires au chômage ont été légèrement supérieures aux attentes.

“Pas une journée ne se passe sans que l’inflation soit au centre des réflexions”, commentent les analystes de Mirabaud Securities. “Si nous avons vu ces derniers jours les facteurs qui plaidaient en faveur d’une interprétation plus vigoureuse de l’inflation (…) aujourd’hui nous nous attachons aux éléments perturbateurs (…) qui pourraient justifier son hésitation”.

Dans la matinée, on attend encore la première estimation de l’inflation dans la zone euro en septembre, et dans l’après-midi les dépenses et revenus des ménages américains en août, ainsi que l’activité économique dans la région de Chicago et le moral des ménages (Uni Michigan) en septembre.

A 09h25, le Swiss Market Index (SMI) cédait 0,11% à 9100,66 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,03% à 1463,06 points et l’indice élargi Swiss Performance Index (SPI) 0,07% à 10’387,21. Sur les 30 valeurs vedettes, la moitié perdait du terrain, douze en gagnaient, et trois faisaient du surplace.

Aryzta (+1,6%) occupait la tête du classement provisoire, après des rumeurs lui prêtant des velléités de se défaire de sa filiale irlandaise La Rousse, un projet qui s’inscrit dans le cadre des efforts du boulanger industriel pour alléger sa dette nette de 1,7 mrd EUR, selon des informations – non confirmées – relayées par l’Irish Times.

Partners Group (+0,8%) suivait à distance respectable, après un relèvement substantiel de son objectif de cours par Morgan Stanley, qui identifie plusieurs facteurs comme susceptibles d’accélérer la croissance du gestionnaire d’actifs. La porteur Swatch progressait au même rythme, sans nouvelle particulière.

Aux bancaires UBS grappillait 0,1%, alors que Credit Suisse faisait du surplace. L’agence de notation Fitch a relevé sa note de crédit à long terme pour la banque aux trois clés à “A+” contre “A” et a confirmé “A-” pour son homologue aux deux voiles. Le troisième mousquetaire Julius Bär (-0,4%) pointait à l’avant-dernière position.

Numéro un des échanges avant-Bourse, Roche (-0,2%) avait viré au rouge. Le laboratoire bâlois a obtenu des autorités sanitaires américaines (FDA) un statut d’examen prioritaire à une extension d’indication pour son médicament Perjeta (pertuzumab) en combinaison au traitement post-chirurgical du cancer du sein HER2 positif à un stade précoce.

Les deux autres poids lourds Novartis (-0,1%) et Nestlé (-0,4%) évoluaient eux aussi en territoire négatif. La veille, le géant veveysan avait terminé une nouvelle fois en baisse, réduisant à néant les gains réalisés en début de semaine suite à sa journée des investisseurs.

Lanterne rouge du classement, SGS (-0,8%) cédait une partie des gains conséquents engrangés la veille dans le sillage d’un relèvement de recommandation et d’objectif de cours par Morgan Stanley.

Sur le marché élargi, Panalpina (+1,5%) a annoncé l’acquisition partielle de Cool Chain Group (CCG), ce qui devrait lui permettre de développer son réseau de denrées périssables en Europe et de renforcer son offre de solutions intégrées pour les produits frais.

Dormakaba cédait 0,3% après avoir contracté jeudi 680 mio CHF de dettes. L’emprunt doit servir à financer les velléités d’expansion en Amérique du Nord du spécialiste des accès sécurisés aux bâtiments.

Rieter (-0,3%) a chiffré les coûts de la délocalisation partielle d’un site allemand vers la République tchèque. L’opération grèvera l’excédent d’exploitation de 36 mio CHF et laissera quelque 220 employés sur le carreau.

Feintool (-7,0%) se trouvait sous pression, suite au placement de 13,8% du capital-actions par un des actionnaires de référence. Ce dernier aurait, aux dires de courtiers, placé 615’000 titres moyennant une opération accélérée de constitution de livre d’ordres.

Une ribambelle de petites sociétés se sont empressées de publier leurs résultats à mi-parcours, vendredi constituant la dernière journée autorisée pour ce faire. C’est le cas notamment de Perfect Holding (stable), Airopack (+0,2%) ou encore Eastern Property Holding (non traité).

buc/lk
zonebourse

Aller en haut