Accueil / Finances / Bourse Zurich: vent de panique alors que Trump approche de la Maison Blanche

Bourse Zurich: vent de panique alors que Trump approche de la Maison Blanche

Bourse Zurich: vent de panique alors que Trump approche de la Maison Blanche

Zurich (awp) – La Bourse suisse, à l’instar de ses homologues de la planète, frémissait mercredi dans les échanges électroniques. A la surprise générale, le candidat républicain disposait d’une confortable avance sur sa rivale démocrate et semblait en passe de s’adjuger la présidentielle américaine. Les derniers sondages donnaient mardi soir encore une courte victoire à Hillary Clinton. Les observateurs tirent un parallèle avec l’issue du scrutin britannique sur une sortie de l’Union européenne en juin dernier.

Les divers scénarios brossés par les analystes tablaient sur une stabilité des marchés en cas de victoire de l’ex-First Lady et une débandade dans le cas contraire. Le cours de l’or, traditionnelle valeur refuge, s’envolait. Le franc suivait la même évolution face au billet vert, pour les mêmes raisons.

La probabilité d’un relèvement des taux par la Réserve fédérale américaine (Fed) dès décembre a chuté de 80 à moins de 50%.

Nouvelles d’entreprises et données macro-économiques s’éclipsaient devant l’improbable perspective d’une présidence Trump.

A 08h16, le préSMI compilé par Julius Bär s’affaissait de 2,4% à 7556,10 points. Aucune des vingt valeurs de l’indice phare de la place zurichoise ne résistait au vent de panique.

Actelion offrait la moins mauvaise résistance, s’enfonçant tout de même de 0,5%.

Bancaires et cycliques subissaient les assauts les plus virulents. UBS abandonnait 4,3% et Credit Suisse 4,0%. Julius Bär s’enfonçait de 3,0%.

ABB, Adecco, Richemont, Swatch et Zurich Insurance cédaient tous plus de 3%.

Dans ce contexte, le repli de 2,3% de Swiss Life paraissait honorable, en dépit de résultats trimestriels sensiblement inférieurs aux attentes des analystes.

Les poids lourds tentaient tant bien que mal d’assumer leur statut défensifs. Nestlé et Roche reculaient néanmoins de 1,9% et Novartis de 2,4%.

jh/ol
romandie

Aller en haut