Accueil / International / Brexit: Ghosn (Renault-Nissan) et Pouyanné (Total) inquiets à cause des…

Brexit: Ghosn (Renault-Nissan) et Pouyanné (Total) inquiets à cause des…

Brexit: Ghosn (Renault-Nissan) et Pouyanné (Total) inquiets à cause des…

Le groupe français Total a confirmé samedi avoir engagé en mai un contentieux contre l’Algérie et sa compagnie pétrolière d’Etat, la Sonatrach, sur le partage des profits tirés du pétrole et du gaz.

” Total conteste la mise en place, au milieu des années 2000, d’une taxe rétroactive sur les ‘profits exceptionnels’, escomptant ainsi récupérer plusieurs centaines de millions d’euros”, précise le journal.

Une loi instaure, en 2006, ainsi une “taxe sur les profits exceptionnels” réalisés par les compagnies étrangères, note Le Monde, faisant observer que dès que le prix du baril dépasse 30 dollars, ce qui est largement le cas à l’époque, celles-ci doivent acquitter un impôt supplémentaire variant entre 5 pc et 50 pc de la valeur de la production.

“Quand on n’est pas d’accord, il y a des clauses d’arbitrage et on les active”.

AIX-EN-PROVENCE, Bouches-du-Rhône, 2 juillet (Reuters) – Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, se “pose la question” d’investir en France après un mois de grèves dans les raffineries et la pétrochimie organisées par la CGT et FO pour protester contre la réforme du Code du travail.

“C’est un élément de plus d’incertitude, d’instabilité, dans un monde qui fait face à plein de difficultés d’ordre géopolitique, avec Daesh, avec l’Ukraine, on a des crises financières à répétition, on rajoute le Brexit”, a renchéri Patrick Pouyanné, PDG de Total.

Total a investi près de deux milliards d’euros depuis 2012 pour sauver ses raffineries et usines pétrochimiques en France, qui perdaient 500 millions d’euros en 2013 et 200 millions en 2014, fait-on valoir de source proche de la direction du groupe, selon laquelle ces sites sont aujourd’hui devenus rentables.

Interrogé à Aix-en-Provence sur l’impact de son action sur les opérations du groupe pétrolier en Algérie, M. Pouyanné a relativisé.

Patrick Pouyanné a affirmé que son groupe a agi en toute indépendance, sans intervention du gouvernement français, alors que les relations sont souvent délicates entre Paris et Alger. “(…) Total prend ses décisions tout seul”.

Ils ont déposé ensemble une requête à Genève auprès de la Cour internationale d’arbitrage, qui dépend de la Chambre de commerce internationale.

Dominique Dufresne
infocameroundaily.com

Aller en haut