vendredi 22 janvier 2021
Accueil / International / Brexit: la règle d’origine, un premier problème pour les produits britanniques

Brexit: la règle d’origine, un premier problème pour les produits britanniques

Brexit: la règle d’origine, un premier problème pour les produits britanniques

Quelques jours après l’accord sur le Brexit négocié entre Londres et Bruxelles, les premières perturbations commencent. Les enseignes britanniques qui exportent vers l’UE des produits fabriqués à l’étranger découvrent avec stupéfaction qu’elles doivent payer des droits de douane. À l’origine de ce dispositif, la règle d’origine, dont l’impact est encore difficile à évaluer, mais qui tourne déjà au casse-tête.

En vertu de la règle d’origine, un bien est soumis à un droit de douane s’il est arrivé de l’étranger sur le sol britannique, puis réexpédié tel quel vers un pays membre du marché unique et de l’union douanière.

L’accord sur le Brexit prévoit l’absence de taxes, mais seulement pour les produits fabriqués à au moins 50% au Royaume-Uni. Or, ce n’est pas le cas de vêtements fabriqués en Chine, importés au Royaume-Uni, puis réexportés vers l’UE. L’industrie, et notamment le secteur automobile qui utilise pourtant les composants étrangers, semble moins concernée à ce stade.

L’Irlande est particulièrement exposée à ces taxes. De nombreuses enseignes britanniques sont implantées sur l’île. Comme le géant des supermarchés Tesco ou Marks & Spencer qui prévoit un impact important sur ses livraisons en Irlande, mais aussi en France et en République Tchèque.

L’association des commerçants britanniques, le BRC, affirme qu’une cinquantaine de ses membres devront faire face à une hausse des coûts et pourraient bien revoir leurs chaînes d’approvisionement. Avec des conséquences pour les consommateurs, mais aussi des risques pour l’emploi au Royaume-Uni.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut