Accueil / International / Brexit : le statu quo, seule stratégie européenne ?

Brexit : le statu quo, seule stratégie européenne ?

Brexit : le statu quo, seule stratégie européenne ?

Une semaine après le Brexit, l’Union européenne cherche sa voie pour se réformer et se réconcilier avec les populations. Un chemin difficile qui pourrait déboucher sur l’habituelle défense du statu quo.

Voici une semaine, les Britanniques votaient pour sortir de l’Union européenne. Une semaine plus tard, le Royaume-Uni sombre dans l’incertitude politique, ce qui est relativement logique puisque le chef du gouvernement en place s’était fait le champion du maintien dans l’UE et que le camp du « Leave » non seulement n’est pas au pouvoir mais est très divisé sur une victoire qui semble les avoir surpris. Mais du côté de l’Union européenne ?

Prise de conscience ?

Comme d’habitude lors d’une crise majeure, comme après la crise grecque de 2010 ou celle de 2016 ou encore après le double échec du projet de constitution pour l’Europe en 2005, tout le monde s’est levé pour affirmer que rien ne sera plus comme avant, que l’Europe allait changer, être plus proche des citoyens et plus efficace.

Et de fait, quels que soient les mensonges des « Brexiters » ou leur absence de plan B, quels que soient les responsabilités de la politique économique de David Cameron, de la xénophobie d’une partie de la population ou de la presse de caniveau dans le résultat du 23 juin, il n’en reste pas moins une évidence : c’est l’UE a été sanctionnée, comme elle l’a été aux Pays-Bas en avril ou en Grèce en juillet 2015. Il y a donc urgence à proposer une réforme en profondeur de l’Union et de son fonctionnement.

En apparence, la leçon est déjà comprise. L’Europe est un « work in progress », un chantier en cours. Dans son interview aux Echos parue ce jeudi 30 juin, François Hollande l’assure et le jure : « l’immobilisme conduirait tôt ou tard à la dislocation ». Il promet d’aller vite. Les 27 ont prévu un sommet extraordinaire sur « l’avenir de l’Europe » à Bratislava en septembre et le président français veut que le soixantième anniversaire du Traité de Rome, en mars prochain, soit « l’occasion d’illustrer l’unité des Européens autour de cette nouvelle impulsion ». Le problème majeur, c’est que, une semaine après le référendum français, cette « nouvelle impulsion » demeure non seulement floue, mais bien compromise.

Impréparation coupable

Premier constat : le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a raison de se moquer des dirigeants eurosceptiques britanniques pour leur absence de plan (quoique, rappelons-le, ils ne sont pas au pouvoir à Londres), mais il faut bien admettre que les Européens se sont eux aussi retrouvés fort dépourvus devant le résultat du vote. Non pas tant sur l’aspect des relations avec le Royaume-Uni, mais bien plutôt sur l’avenir et la réforme de l’UE.

Pour contrer le vote britannique, pour empêcher toute tentative de désamour plus ample avec les peuples, il eût été permis d’espérer que les dirigeants européens auraient pu, dès le sommet des 28 et 29 juin lancer une « nouvelle impulsion » par des projets de réformes proposées en amont. Du reste, cette préparation n’eût certainement pas été vaine en cas de succès du « Remain » au Royaume-Uni, tant le score devait être étroit et la critique de l’UE vive. Mais on en était loin. Rien n’était prêt. Il faudra donc attendre septembre. Cette attente est la preuve non seulement de l’impréparation européenne, mais de sa stratégie en cas de succès du « Remain » : on se serait félicité de ce vote et on aurait passé à autre chose. C’est là la première preuve du caractère profondément attaché au statu quo de l’UE.

La propositions françaises et ses inévitables résistances

Du moins, peut-on se dire, l’impulsion est désormais donnée et les dirigeants ont pris conscience de l’urgence d’une réforme de l’UE. Certes, mais là encore, des doutes sont permis. De quelle réforme s’agira-t-il ? Sur le plan économique, François Hollande, dans son interview programmatique de ce jeudi 30 juin, dresse trois priorités : « l’harmonisation fiscale et sociale », un « budget de la zone euro pour financer des investissements dans des secteurs stratégiques » et « une gouvernance économique sous le contrôle d’un parlement de la zone euro ». Ces grandes réformes apparaissent en effet nécessaires et positives, quoique limitées.

Mais il suffit de jeter un œil sur la presse allemande pour se convaincre que le président français risque de rapidement se retrouver face à un mur avec ces idées qui, rappelons-le, étaient déjà à l’ordre du jour après l’élection de 2012 et la crise grecque de 2015. Les Conservateurs allemands sont déjà vent debout contre tout projet de « socialisation » des dettes que soutiennent les Sociaux-démocrates, l’Italie et la France. Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, a déjà préparé sa réponse : pas de budget hors de celui de l’UE et un renforcement de la surveillance budgétaire.

Ce jeudi, Markus Söder, ministre des Finances bavarois, membre de la CSU appelait l’UE « à faire des économies pour compenser le Brexit ». Au centre : Angela Merkel va devoir choisir. Pour le moment, à la différence de beaucoup d’autres, elle se tait sur le contenu d’un « nouveau départ » pour l’Europe. Car la chancelière, affaiblie politiquement à un an des élections fédérales, ne peut choisir François Hollande contre Wolfgang Schäuble et la SPD contre son propre camp. Avec la poussée des Eurosceptiques d’AfD et la fronde dans son propre camp, la chancelière a perdu beaucoup de sa capacité à assurer la discipline au sein de la CSU/CDU. Soutenir pleinement le projet français déclencherait un débat interne à la droite allemande qu’elle ne serait pas sûre de gagner. Wolfgang Schäuble le sait et, pour cette raison, demeure aux aguets. Le quotidien des affaires allemand, le Handelsblatt, qui, hier, publiait le plan Schäuble l’affirmait : c’est une « contre-proposition » pour contrer les projets franco-italiens.

Or, dans le conseil européen, la droite allemande peut compter sur ses habituels alliés : les défenseurs acharnés de l’orthodoxie budgétaire comme les pays baltes, la Slovaquie, la Finlande ou les Pays-Bas, eux-mêmes travaillés par une extrême-droite eurosceptique forte qui demande moins de solidarité. Toutes sont terrifiées à l’idée que le Brexit donne plus de poids aux pays « étatistes » de la zone euro. Angela Merkel pourra toujours se prévaloir de leur opposition pour objecter à la SPD son immobilisme. C’est ainsi notamment que la ligne dure a été imposée à Athènes. Rien d’étonnant donc à ce que le sommet des 27 n’ait pas adopté comme feuille de route la proposition Ayrault/Steinmeier qui proposaient d’aller vers plus de solidarité et qui semble destinée à rester lettre morte. Le couple franco-allemand aura fonctionné entre le PS et la SPD et pendant seulement deux jours… Le sommet de Bratislava semble alors être déjà écrit : ce sera un compromis qui débouchera sur des demi-mesures sans ampleurs.

Messages négatifs

Dernier message négatif : depuis le vote britannique, l’UE a montré que tout devait continuer comme avant. Ceci ne manquera pas de surprendre, alors même que le vote britannique devait inviter à changer rapidement ce qui peut l’être. Or, en une semaine, on a appris le retour de l’intention de la Commission de sanctionner le Portugal et l’Espagne sur leurs déficits, ou plus précisément, la volonté de les contraindre à de nouvelles mesures d’austérité une fois les élections espagnoles passées et marquées par la victoire des Conservateurs. Mercredi 29 juin, Wolfgang Schäuble a même menacé directement Lisbonne d’un retour de la troïka, propos niés ensuite. Berlin a refusé à l’Italie toute aide à ses banques hors d’un mécanisme de résolution bancaire unifiée qu’il ne peut réellement appliquer. On a également vu Jean-Claude Juncker annoncer que le traité de libre-échange avec le Canada ne sera pas soumis aux parlements nationaux des Etats membres. Enfin, la Commission a prolongé l’autorisation du glyphosate pour 18 mois, une substance soupçonnée d’être cancérigène, parce que les Etats membres ne sont pas parvenus à se mettre d’accord. En quelques jours, l’UE a confirmé quelques-unes des accusations qui alimentent régulièrement le discours eurosceptique : éloignée du terrain, craignant le débat démocratique, obsédée par l’austérité et les grands équilibres, incapable de pragmatisme, faible avec les multinationales fortes et forte avec les Etats faibles.

Le seul accord trouvé en une semaine : la défense du statu quo

Certes, tout ne peut pas changer en un jour et il se peut que le Brexit ait finalement une influence positive sur l’UE à long terme. Mais il était possible aisément de montrer aux Européens que l’UE avait compris le message et était déterminé à changer très vite. Ce n’est pas le cas et, une semaine après, l’UE montre que, elle non plus n’a pas de plan B.

La seule stratégie commune de l’UE aujourd’hui est son attitude face au Royaume-Uni : obtenir rapidement la mise en œuvre de l’article 50 et ne pas transiger sur les « quatre libertés » (travail, capital, services et biens) comme condition d’accès au marché unique. Une « fermeté » face au Royaume-Uni qui permet de donner l’illusion de l’unité et de faire porter la responsabilité de la situation aux seuls Britanniques. Mais en réalité, cette condition n’est rien d’autres que la confirmation de l’existant puisqu’elle régit actuellement les relations de l’UE avec l’Espace économique européen et l’AELE (Liechtenstein, Suisse, Norvège et Islande). Pour le moment, donc, le seul élément sur lequel, au bout d’un sommet de deux jours, les Européens se sont mis d’accord, c’est le maintien du statu quo.

“Comme avant”, unique stratégie ?

Et ce maintien du statu quo ante, autrement dit de la poursuite de l’UE “comme avant” sans le Royaume-Uni, pourrait bien être la vraie stratégie de l’UE. Cette volonté de régler au plus vite le statut britannique signifie bien la volonté de vite tourner la page pour reprendre un cours normal des événements. Du reste, la ligne rouge annoncée par François Hollande, celle de refuser tout changement de traité, confirme l’aspect conservateur de la stratégie européenne. Sans changement de traité, il n’y aura pas de réformes suffisantes pour rétablir le lien brisé entre l’UE et une grande partie de sa population. Cette défense de l’existant n’a pour le moment conduit qu’à l’échec. Du moins, si François Hollande parvient à réussir cette gageure, il sera possible qu’il aura, in extremis, sauvé le bilan de son quinquennat quel que soit l’issue de l’élection de mai 2017.

Romaric Godin
latribune.fr

Aller en haut