samedi 25 mai 2019
Accueil / International / Brexit: l’inquiétude grandit dans la filière automobile

Brexit: l’inquiétude grandit dans la filière automobile

Brexit: l’inquiétude grandit dans la filière automobile

Le Salon international de l’automobile de Genève s’ouvre officiellement ce jeudi, après deux jours consacrés à la presse. Les constructeurs en ont profité pour tirer à nouveau la sonnette d’alarme concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue théoriquement dans 22 jours. Les fabricants se sont préparés bon an mal an à cette rupture mais la perspective d’un nouveau délai pour valider un accord avec l’UE ne leur facilite pas plus la tâche.

Le processus politique est très avancé, un vote fatidique aux Communes étant prévu le 12 mars pour valider l’accord avec l’UE, mais le brouillard lui est toujours aussi épais. Les constructeurs restent incrédules, voire choqués à les entendre dans la presse ces derniers jours.

Tous ont préparé des plans pour la fin mars

Ils ont fait des stocks de pièces en provenance des pays de l’UE pour poursuivre la production quelques jours. Ils ont avancé la fermeture estivale de leurs usines au mois d’avril. Ils ont aussi prévu des itinéraires bis pour éviter la congestion des principaux ports et continuer de faire tourner une machine qui ne peut souffrir aucun délai et réglée comme une horloge avec les autres usines en Europe.

Et ils le disent, il est difficile de reporter l’ensemble de ces plans qui ont été actés depuis longtemps en prévision du Brexit et qui leur ont déjà couté cher.

Est-ce que cette incertitude a déjà des effets sur l’activité automobile outre-Manche ?

Ces dernières semaines, les mauvaises nouvelles ont eu tendance à s’accumuler, sans qu’on puisse dire exactement si c’est imputable uniquement à la perspective d’une sortie de l’UE sans accord.

Parce qu’il y a aussi tout un tas de facteurs qui plombent l’activité, le ralentissement chinois, le déclin du diesel, les tensions commerciales… Plusieurs constructeurs outre-Manche, qui sont souvent des marques étrangères, ont annoncé qu’elle ralentirait la cadence, voire plus.

Les médias présents à Genève ont recueilli les confidences d’un des responsables du constructeur japonais Toyota qui n’exclut pas la fin de la production au Royaume-Uni. D’autant que le Japon a récemment signé un accord de libre-échange avec l’UE et que ses industriels pourraient donc largement se passer du Royaume-Uni s’il devait quitter l’Union.

D’ailleurs, d’autres fabricants japonais, Honda et Nissan, annoncent qu’ils vont réduire la voilure. A en croire les déclarations au salon de Genève d’un dirigeant de BMW, même la Mini, fameuse et iconique voiture britannique, pourrait ne plus être produite au Royaume-Uni en cas de sortie de l’UE sans accord.

De manière générale, il est impossible d’envisager le long terme. Les investissements dans l’industrie automobile ont chuté de 46 % l’an dernier au Royaume-Uni.

Que fait le gouvernement britannique pour empêcher ces départs ?

Les constructeurs ne sont pas tendres avec le gouvernement de Theresa May. Il lui reproche de continuer à brandir la perspective d’une sortie sans accord dans ses négociations avec Bruxelles. Les signaux contradictoires que donne le gouvernement britannique sont beaucoup trop nombreux. Il n’y a pas de garantie sur l’union douanière. Dans ce contexte, impossible de lever les incertitudes et de préserver les intérêts de la filière dont le sort dépend de l’union douanière européenne.

Cette union douanière, c’est ce qui a permis il y a 40 ans au Royaume-Uni de devenir la porte d’entrée européenne pour des constructeurs du monde entier qui emploient aujourd’hui 850 000 personnes. L’ironie de l’histoire, c’est qu’à l’époque, il y a 40 ans, c’était la Première ministre conservatrice Margareth Thatcher qui avait permis cela.

Et qu’aujourd’hui c’est une Première ministre du même camp qui fait courir le risque de défaire tout l’édifice.

 

En Bref,

Ce n’est pas la santé non plus pour l’Union européenne, la Banque centrale devrait abaisser ses prévisions de croissance tout à l’heure

Entre 1,2 et 1,5 % contre 1,7 précédemment. Ce n’est pas encore la récession, mais l’Union européenne va prendre acte du ralentissement de l’activité dans la première économie de la zone euro, l’Allemagne… où le secteur automobile là aussi tremble à cause des tensions commerciales avec les Etats-Unis, et la perspective du brexit sans accord ! Quelles mesures de soutien vont annoncer les gouverneurs de la BCE alors que les taux sont à leur plus bas niveau ? Réponse à 13h30TU à Francfort.

Aabla Jounaïdi

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut