Accueil / International / Brexit : pourquoi les ouvriers anglais détiennent la clé du vote

Brexit : pourquoi les ouvriers anglais détiennent la clé du vote

Brexit : pourquoi les ouvriers anglais détiennent la clé du vote

Alors que le débat sur le référendum du 23 juin semble se limiter à un dialogue au sein de la droite britannique, le scrutin pourrait se jouer sur la population ouvrière qui vote travailliste.

A écouter les débats autour du référendum britannique sur le maintien dans l’Union européenne du 23 juin, on a souvent l’impression d’un dialogue entre les deux grandes tendances de la droite britannique : celle qui défend une politique continentale active et celle qui défend le « splendide isolement ». Un retour en plein 19e siècle et aux grands débats entre tories et whigs. Du reste, le premier débat télévisé de la campagne a opposé le premier ministre conservateur pro-UE David Cameron à l’Eurosceptique xénophobe du parti UKIP, Nigel Farage. Et les médias britanniques sont remplis des polémiques entre le conservateur anti-UE Boris Johnson et le conservateur pro-UE George Osborne.

Cette image, qui façonne également la grande majorité des commentaires étrangers, risque de jouer un rôle majeur dans les négociations qui suivront le scrutin en cas de succès du vote « Leave » (« Quitter » l’UE). Elle est pourtant très imparfaite. Car les oppositions politiques traditionnelles ne sont pas déterminantes dans ce vote. L’opposition se joue davantage sur le plan social et géographique, entre d’autres oppositions que le spectre politique britannique ne reflète plus réellement : opposition entre grandes métropoles mondialisées et régions victimes ou oubliées de cette mondialisation ; opposition entre la partie des classes moyennes qui s’enrichit encore et celle qui se paupérise ou à le sentiment d’une paupérisation. L’Union européenne joue alors le rôle d’un symbole d’une évolution sociale que l’on veut préserver ou freiner.

Pourquoi le scrutin se joue à gauche

Politiquement, la droite et la gauche britannique sont donc divisés de l’intérieur. La droite penche néanmoins largement en faveur du Brexit si l’on se base sur les résultats de l’élection générale de mai 2015. L’ensemble des partis de droite, des Libéraux-démocrates à l’UKIP en passant par les Tories et les unionistes nord-irlandais, y avait obtenu 58,4 % des voix. Selon un sondage Yougov récent, les trois quarts des électeurs libéraux (ce parti a obtenu 7,9% des voix) sont favorables au maintien dans l’UE, tandis que la quasi-totalité des électeurs de l’UKIP (12,6% des voix) sont favorables au Brexit, les Conservateurs (36,9% des suffrages) étant coupés en deux. Très schématiquement, les électeurs de droite devraient contribuer à ce que 33 % de la totalité des électeurs britanniques votent en faveur du Brexit, tandis qu’ils apporteraient 25 % des suffrages pour le maintien dans l’UE.

En théorie, donc, si les électeurs de la gauche britannique qui représentaient plus de 40 % des votes en 2015, suivaient les consignes de leurs partis, tous quasi unanimement favorables au vote « Remain », l’affaire serait entendue et le Brexit accuserait un retard considérable de plus de 15 points, ce qui devrait lui assurer une victoire aisée, même en prenant en compte la grossièreté de ces calculs. Or, ce n’est pas le cas. Les électeurs de la gauche britannique sont donc aussi fort divisés. C’est bien cette division « invisible » dans les débats – malgré l’existence d’une minorité de dirigeants du parti travailliste qui font campagne pour le Brexit – qui sera déterminante pour le résultat final. La division de la droite n’est en effet pas suffisante pour justifier un résultat serré au référendum.

Une gauche divisée

La clé du vote est donc l’électeur de la gauche de 2015 qui est prêt à voter pour le Brexit. Quel est cet électeur ? Où est-il ? Globalement, il ne s’agit pas d’un électeur d’un parti nationaliste d’une des trois nations « périphériques » du Royaume. Ces partis (SNP en Ecosse, Plaid Cymru au Pays de Galles et Sinn Féin en Ulster) se situent tous à gauche de l’échiquier politique et leurs électeurs sont généralement très favorables à l’UE. Ils y voient, en effet, un contre-pouvoir à Westminster et à la domination anglaise dans le Royaume-Uni. L’UE garantit en effet des droits aux minorités linguistiques. Dans le cas nord-irlandais, le Sinn Féin redoute qu’un Brexit ne renforce encore la frontière entre les deux Irlande, une dans l’UE, l’autre au-dehors, ce qui éloignerait encore son but de réunification de l’île.

Certes, en Ecosse, il peut y avoir un vote « à plusieurs bandes » dans lequel on mise sur le Brexit pour provoquer un deuxième référendum sur l’indépendance, mais il est marginal. Globalement, les nationalistes gallois, irlandais et écossais estiment que plus on est Européen, moins on est anglais. Leur vote, qui a pesé en mai 2015, près de 6 % de l’électorat semble acquis au vote « Remain ». Ce qui rééquilibre théoriquement la répartition des votes entre les deux camps.

L’électeur décisif est donc un électeur travailliste. Certes, ces électeurs semblent Or, selon le sondage de Yougov, cet électeur est déterminé à 75 % à voter en faveur du maintien dans l’UE. Ce résultat ne semble pas cohérent avec un vote serré au référendum et il est sans doute en réalité inférieur. C’est l’ampleur de la division sur la question européenne au sein des électeurs du Labour qui va déterminer le résultat final. La progression du vote « Leave » correspond donc à la progression de ce vote au sein des électeurs du Labour. Et c’est ici que l’on retrouve la division socio-géographique déjà citée.

Les régions industrielles du nord, clé du scrutin

En mai 2015, le Labour pouvait s’appuyer sur deux grands bastions : l’agglomération londonienne et les zones ouvrières du centre et du nord de l’Angleterre. Dans le Grand Londres, le Labour a glané 1,5 million de voix, soit 43,7 % des bulletins. Dans le Nord, les Travaillistes ont récolté 2 millions de voix et près de 45 % des voix. Or, pour le référendum, il semble que les deux régions pourraient voter différemment : Londres est très favorable à l’UE, le Nord de l’Angleterre plus tenté par le Brexit. Ceci signifie que la clé du scrutin sont les ouvriers anglais, encore nombreux dans le nord, qui, en mai 2015 ont voté Labour, mais qui, ce 23 juin, pourraient déposer un bulletin « Leave ».

Il est intéressant de remarquer que les électeurs des régions industrielles qui ont rejoint le UKIP en mai 2015 ne sont pas majoritairement des électeurs travaillistes. L’analyse du scrutin régional ne laisse aucun doute sur ce point : la progression du UKIP est considérable dans le Nord-Est par exemple (+17 points), mais le Labour a aussi progressé (+3,3 points) : les nouveaux électeurs du parti de Nigel Farage viennent d’abord des déçus du vote libéral et des autres partis, pas du Labour. Autrement dit : si la vote en faveur du Brexit l’emporte dans ces régions et fait basculer le vote national, ce sera surtout le fruit d’un électorat ouvrier travailliste.

Les raisons de la timidité de Jeremy Corbyn

Le Labour doit donc faire face à ce paradoxe : les classes les plus fragiles de la société ont voté pour lui à 41 % en 2015, mais voteront à 47 % pour le Brexit selon un sondage Yougov (contre 26 % pour l’UE). C’est ce paradoxe qui contribue à rendre le référendum serré et c’est de son ampleur que dépend le résultat du 23 juin. Jeremy Corbyn, le leader du Labour l’a bien compris : il marche sur des œufs et doit prendre garde de ne pas s’aliéner définitivement une partie considérable de son électorat. Sa campagne assez timide pour le « Remain » ne s’explique donc pas seulement par ses options personnelles (il a longtemps été un opposant à l’UE) comprimées par les « barons » du parti, c’est aussi un enjeu d’avenir pour les Travaillistes.

Rien à perdre ?

Reste à savoir pourquoi les classes ouvrières et populaires sont prêtes à basculer dans le vote en faveur du Brexit. Il semble, en tout cas, que ces classes les plus fragiles ne croient ni aux études catastrophiques sur les conséquences économiques de la sortie de l’UE ni au discours des dirigeants travaillistes sur le « matelas de protection » de droits sociaux qu’offre l’UE face aux projets de la droite en cas de Brexit.

Pourquoi ? Peut-être parce que la situation de cette classe sociale est mauvaise et qu’elle désire logiquement la changer. Or, le vote « Remain » est naturellement perçu comme un vote de continuité. Le vote « Leave » s’impose donc alors comme une alternative possible que les discours de peur de l’élite renforcent par ailleurs, en confirmant que ce sont bien les plus puissants et les plus riches qui ont le plus à perdre d’un Brexit. Dans un autre sondage Yougov, à la question qui a le plus à perdre d’un Brexit ? une petite majorité de 5 % de Britanniques citait les ouvriers pauvres, mais une très large majorité de 20 % citait les grands patrons.

Les fruits d’une stratégie économique

Ce qui déterminera le résultat du référendum, ce sont donc les conséquences du modèle économique britannique. Ce dernier repose sur un plein-emploi alimenté par une faible croissance des salaires et par une productivité réduite. Pour financer l’immense déficit courant issu de la désindustrialisation, les gouvernements britanniques ont choisi d’attirer les investissements financiers centrés sur Londres par des taux d’imposition attractifs financés par des coupes dans les services publics. Il en résulte une désertification des régions périphériques qui explique à la fois la poussée du nationalisme et le mécontentement des classes populaires. On a ici tous les ingrédients d’un rejet de la situation actuelle.

La question des salaires est centrale. L’ensemble des salaires réels britanniques a progressé de 15,5 % en 16 ans, soit 0,97 % par an. Une faible hausse qui ne reflète pas une forte disparité. D’autant que dans les régions du nord de l’Angleterre, cette modération salariale – alimentée par la flexibilité du marché du travail – n’a guère permis d’attirer l’emploi industriel, mais a développé l’emploi dans les services, là où les salaires sont les moins élevés et où la concurrence de la main d’œuvre d’Europe de l’est est la plus palpables.

Un discours pro-Brexit plus audible

Le discours apocalyptique en cas de Brexit est donc plus difficile à accepter chez cette population qu’à Londres, où l’on sait ce que l’on doit à la finance et au libre-échange. Le discours xénophobe de la droite pro-Brexit a plus de facilité à trouver un écho. Dans les régions industrielles, on constate que l’UE n’a pas pu protéger le niveau de vie de beaucoup de travailleurs et n’a pas su défendre les usines. La fermeture des opérations britanniques de l’aciériste de Tata Steel qui est en cours est venue encore renforcer ce sentiment. Dans ces conditions, que craindre de plus ? Et pourquoi ne pas tenter une autre stratégie ? L’Union européenne devrait aussi réfléchir sur ce fait : si Brexit il y a, ce sera aussi le fruit d’une stratégie économique qui l’a longtemps inspiré. Pour se sauver, elle devra sans doute alors réfléchir à sa politique économique.

Romaric Godin
latribune.fr

Aller en haut