lundi 30 novembre 2020
Accueil / Bourse / BRVM : 302,5 milliards FCFA de produit net bancaire pour les banques cotées au 1er semestre 2020

BRVM : 302,5 milliards FCFA de produit net bancaire pour les banques cotées au 1er semestre 2020

BRVM : 302,5 milliards FCFA de produit net bancaire pour les banques cotées au 1er semestre 2020

Le bénéfice net cumulé des 10 banques cotées sur la BRVM a atteint 96,2 milliards FCFA au cours du 1er semestre 2020, en hausse de 17,05%. Cette performance est d’autant plus remarquable qu’elle s’est réalisée en pleine pandémie de covid-19.

A l’exception d’Oragroup et Ecobank Transnational Incorporated qui sont des groupes bancaires présents dans plus d’une sous-région, les 10 banques cotées sur la Bourse régionale des valeurs mobilières de l’UEMOA (BRVM) ont réalisé un produit net bancaire (PNB) cumulé de 302,5 milliards FCFA (536,8 milliards $) au cours du premier semestre 2020, a constaté l’Agence Ecofin des données de marché.

Cette performance globale cache quelques disparités. La progression du PNB n’a pas été au rendez-vous pour toutes les banques du marché financier commun aux pays de l’UEMOA.

Coris Bank est l’institution qui a affiché la plus forte progression de cet indicateur en comparaison avec les 6 premiers mois de l’année 2019. La Banque basée au Burkina Faso a vu son PNB progresser de 6,5 milliards FCFA, soit en valeur relative une hausse de 23,6%

Coris Bank est suivie de Société Générale Côte d’Ivoire et BOA Bénin, dont les PNB ont évolué à des niveaux proches de 3,5 milliards FCFA. Mais pour la banque béninoise, cela représente une hausse de 18% contre une avancée de seulement 4,7% pour la filiale en Côte d’Ivoire du groupe financier français Société Générale.

NSIA Banque Côte d’Ivoire a connu le plus gros recul de revenus bancaires (-2 milliards FCFA) en baisse de 6,4%. Ecobank Côte d’Ivoire a aussi vu son PNB reculer de 2,9%.

Soutenu par cette solide performance des revenus, le bénéfice net des banques étudiées est aussi en hausse. Il a atteint 96,2 milliards FCFA sur la période examinée. Cet indicateur est en hausse de 17,05% comparé à celui du premier semestre 2019.

C’est une bonne nouvelle, car la période a été marquée par la covid-19 qui s’est traduite par une hausse de 30,15% du coût du risque dans le secteur, atteignant les 43,7 milliards FCFA.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut