Accueil / Finances / BTK : signé, mais pas encore vendu et les 20 % de la Tunisie ne seront bradés

BTK : signé, mais pas encore vendu et les 20 % de la Tunisie ne seront bradés

BTK : signé, mais pas encore vendu et les 20 % de la Tunisie ne seront bradés

Il y a quelques jours, le groupe bancaire marocain BCP, annonçait que son OPA sur les 4 banques africaines  du groupe bancaire français BPCE, dont 60 % de la tunisienne BTKD. Le groupe marocain allait cependant trop vite en besogne. En effet, selon nos sources, «le processus est avancé, mais la vente n’est pas encore conclue », affirme le membre du conseil d’administration Radhi Meddeb à Africanmanager. Selon la même source, ce qui a été signé, n’est qu’un accord d’exclusivité pour négocier. Les négociations sont assujetties, selon le même l’accord signé par les deux parties, à quatre conditions. La première est l’accord des différentes banques centrales des différents pays où se trouvent les banques à racheter. La seconde, est d’obtenir la validité des plans de développement de la marocaine BCP. La troisième est l’obligation, pour le vendeur qui est la BPCE française, de consulter les représentants de son propre personnel à propos de cette vente. Cela prendra au moins deux mois. La consultation dégagera un avis qui n’est pas contraignant, mais obligatoire et dans le respect des délais des deux mois. Elle démarrerai en France la semaine prochaine et ne se terminerait qu’en décembre 2018, date à laquelle le deal pourrait être conclu. La 4ème condition, est que BCP s’engage à tenir tous les engagements de BPCE dans tous les pays où elle se trouvait en Afrique, comme les financements, les garanties données. Cela requiert des accords à trouver, entre le pourvoyeur de fonds ou financeur et le nouvel acheteur, comme la BERD, la Banque Mondiale et autres.

Reste à rappeler que la Tunisie, tout comme le Koweït, dispose encore de 20 % dans le capital de la BTK. Pour l’instant, selon les propres informations d’Africanmanager, l’Etat tunisien ne compterait pas, pour l’instant, s’associer à cette vente, si elle se confirmait. Selon nos sources qui sont très proches du dossier, l’Etat tunisien ne serait pas satisfait du prix auquel la BPCE française compterait vendre ses 60 % à la BCP marocaine. Les 40 %, tunisiens et koweitiens, ne sont pour l’instant pas concernés par cette vente. Du côté de La Kasbah, on penserait même à la vente en bourse de 5 % chacun de leurs parts.

africanmanager

Aller en haut