Accueil / Finances / Burkina Faso : 4,8 milliards de FCFA pour sauver la jeunesse

Burkina Faso : 4,8 milliards de FCFA pour sauver la jeunesse

Burkina Faso : 4,8 milliards de FCFA pour sauver la jeunesse

Une aubaine pour les jeunes Burkinabés. 4,8 milliards de FCFA, c’est la somme que le gouvernement annonce vouloir débourser pour leur insertion socioprofessionnelle. Cette enveloppe permettra la mise en œuvre du Programme d’insertion socioprofessionnelle des jeunes (PISJ). Un plan qui s’inscrit dans le cadre global du Plan de développement économique et social (PNDES) qui couvre la période 2016-2020.

Au Burkina-Faso, les jeunes représentent 65% des 18,5 millions d’habitants que compte ce pays d’Afrique de l’Ouest. Mais la plupart de ces jeunes sont au chômage. C’est pour s’attaquer à ce problème que le gouvernement a élaboré le Programme d’insertion socioprofessionnelle des jeunes (PISJ). Pour favoriser la mise en œuvre de ce programme, le Conseil des ministres a décidé de débloquer un montant de 4,8 milliards de FCFA.

Le PISJ est un programme d’une durée de six mois qui a pour but de contribuer à la réduction du chômage et du sous-emploi des jeunes au Burkina Faso à travers leur insertion socioprofessionnelle, le renforcement de leur employabilité et la promotion de l’auto-emploi.

13.350 emplois directs pour les jeunes
Dans le détail, ce programme est composé de quatre (4) piliers stratégiques. Il s’agit des travaux à haute intensité de main d’œuvre (THIMO), l’employabilité des jeunes, le financement des projets de jeunes et la gestion du programme.

Pour les autorités burkinabés, les actions prévues dans le cadre de ce plan devraient permettre de créer quelque 13 350 emplois directs dont 10 950 emplois temporaires et 2 400 emplois permanents.

Plusieurs organisations de la jeunesse du Burkina Faso ont salué cette démarche du gouvernement. Dans ce pays où les jeunes ont été le fer de lance de l’insurrection d’octobre 2014, qui a chassé Blaise Compaoré du pouvoir, des milliers de jeunes ont du mal à sortir du chômage.

Didier Assogba / latribune.fr

Aller en haut