Accueil / Finances / Burkina : plus de 1.000 milliards de FCFA de pertes liées aux fuites de capitaux

Burkina : plus de 1.000 milliards de FCFA de pertes liées aux fuites de capitaux

Burkina : plus de 1.000 milliards de FCFA de pertes liées aux fuites de capitaux

Le Burkina Faso, où plus de 40% de la population vit avec moins d’un dollar par jour, a perdu 1.053 milliards de FCFA entre 1972 et 2012 à cause des fuites de capitaux, a révélé mercredi une étude du Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES) et le Consortium pour la recherche économique en Afrique.

Selon les résultats du rapport intitulé “Fuite des capitaux hors du Burkina Faso : facteurs sous-jacents et impact sur les recettes fiscales”, cette somme représente le montant des sorties irrégulières de capitaux du circuit de l’économie.

Il s’agit entre autres, de la falsification des montants des importations et des exportations de biens et services des comptes résiduels de la balance des paiements et les transferts de fonds non enregistrés.

Pour Daniel Kaboré, directeur exécutif du CAPES, les résultats de l’étude montrent que la fuite des capitaux du Burkina représentait en 2012 l’équivalent de la totalité des recettes fiscales recouvrées par les services de finance au cours de ladite année.

L’étude souligne qu’entre 1972 et 2012, la fuite de capitaux est estimée à 311,4 milliards de dollars pour le Nigeria, 84 milliards pour l’Angola et 56 milliards de dollars pour la Côte d’Ivoire.

Les chercheurs ont estimé qu’entre 1.260 et 1.440 milliards de dollars disparaissent chaque année dans les pays en développement sans laisser de trace.

Les auteurs du rapport recommandent entre autres, l’amélioration de la performance des régies de recettes pour débusquer le faux dans les écritures comptables des importateurs et exportateurs et la consolidation des politiques de libéralisation et de renforcement de la croissance économique.

A cela s’ajoute l’amélioration de la gestion de la dette extérieure afin de réduire la fuite de capitaux découlant des financements publics extérieurs.

OUAGADOUGOU, 2 décembre (Xinhua)

Aller en haut