Accueil / Développement / Burundi : 1160 entreprises créées au 1er semestre 2017

Burundi : 1160 entreprises créées au 1er semestre 2017

Burundi : 1160 entreprises créées au 1er semestre 2017

L’Agence burundaise de Promotion des Investissements(API) a enregistré 1160 entreprises créées au guichet unique de création des sociétés du 1er janvier au 30 juin 2017, a révélé mercredi à Bujumbura M.Didace Ngendakumana, directeur de cette agence.

Par rapport au niveau de performance atteinte à la même période en 2016, il s’agit d’un accroissement de 3,7 %, a-t-il précisé au cours d’une séance de présentation des réalisations de l’API durant le 1er semestre 2017.

Sur ce, il a souligné que 43,9% des entreprises enregistrées au courant du 1er semestre 2017, sont des sociétés unipersonnelles, 30,17% sont des sociétés des personnes à responsabilité limitée (SPRL), alors que les sociétés coopératives représentent 20,51%.

En revanche, a-t-il nuancé, par rapport à la situation qui a prévalu à la même période en 2016, le nombre d’emplois projetés s’élève à 10.689, soit une baisse de 5,5%.

Depuis 2010 à ce jour, les sociétés créées n’ont cessé d’augmenter, a-t-il affirmé avant de faire remarquer que sur plus de 8000 sociétés enregistrées, plus de 300 ont bénéficié des avantages liés au Code des investissements.

La vigilance a été de mise pour vérifier si les avantages accordés sont en train d’être utilisés réellement conformément à l’objet pour lequel ils ont été attribués, a-t-il indiqué.

“Cependant, force est de constater avec regret que des investisseurs malhonnêtes ont présenté des projets fictifs à l’API afin de profiter des biens reçus en exonération pour leurs bénéfices directs”, a-t-il déploré.

Il a révélé ensuite qu’au cours du 1er semestre 2017, le montant prévisionnel d’investissement pour des entreprises éligibles aux avantages du code burundais des investissements, s’élève à plus de 28 milliards de francs burundais avec des emplois prévisionnels estimés à 457.

“Au vu des diverses réformes macro-économiques déjà adoptées et proposées, le Burundi espère des avancées dans le classement dans le prochain rapport Doing Business”, a-t-il averti.

Sur ce, il a cité notamment la validation d’une nouvelle cartographie des procédures d’octroi de permis de construire en vue d’optimiser les procédures comme valeur ajoutée aux permis délivrés au Burundi, l’élaboration et la validation des textes d’application du code de l’urbanisme, de la construction et de l’habitat et l’interfaçage du système douanier automatisé dénommé “Asycouda World” et celui des taxes internes dénommé “Sigitas” en vue de la réduction des procédures et délais pour améliorer les indicateurs de paiement des taxes et impôts, ainsi que du “commerce transfrontalier”.

Au palmarès des défis rencontrés au cours du 1er semestre de cette année, M. Ngendakumana a relevé notamment les moyens “limités” tant matériels qu’humains qui ont empêché l’accomplissement de toutes les tâches assignées à cette agence, les coupures répétitives du courant électrique, et le manque de carburant, qui ont influé sur la qualité des services rendus aux usagers de l’API.

Le manque de base légale pour “contraindre” les créateurs de sociétés à transmettre leurs bilans financiers annuels, constitue également un autre défi “non moins important”, a-t-il fait remarquer. Pour remédier à cette situation au futur, a-t-il annoncé, l’API prévoit le renforcement des mécanismes de suivi des sociétés enregistrées notamment en mettant en place un cadre légal de collaboration avec les autorités territoriales au niveau de toute la hiérarchie gouvernante dont les gouverneurs des 18 provinces burundaises et des administrateurs des 119 communes du pays.

BUJUMBURA, 26 juillet (Xinhua)

Aller en haut