Accueil / Finances / Cameroun – Budget 2015: Vers une loi des finances rectificative

Cameroun – Budget 2015: Vers une loi des finances rectificative

Cameroun – Budget 2015: Vers une loi des finances rectificative

A l’origine, la baisse drastique des recettes pétrolières qui, selon le ministère des Finances, va occasionner une perte de 314 milliards de Fcfa.
L’exercice budgétaire 2015 s’exécute dans un contexte marqué par la chute de 50% du prix du pétrole qui, habituellement, représente 20% des recettes de l’Etat, soit 733 milliards de Fcfa pour l’année 2014. Au-delà, les risques d’éviction des dépenses d’investissement du fait de l’insécurité aux frontières septentrionales et orientales du pays dont le coût s’alourdit de jour en jour, ne rassurent pas les responsables de la grande argenterie. Car, en tenant compte de la baisse des cours mondiaux du pétrole, le Cameroun qui a tablé sur un baril à 89 dollars et des recettes pétrolières pondérées à 774 milliards deFcfa cette année, va se retrouver avec une perte sèche de 314 milliards de Fcfa sur ces ressources attendues, du fait du mauvais comportement de cette matière première sur le marché mondial et ce, malgré l’augmentation de 12,9% de la production pétrolière annoncée par la Société nationale des hydrocarbures.
Cet indicateur et bien d’autres, ont conduit les responsables du ministère des Finances à réfléchir sur la possibilité en cours d’année, de l’élaboration d’une loi des finances rectificative devant intégrer les données de la conjoncture économique mondiale d’une part, et d’autre part, tabler sur des hypothèses réalistes en termes de collecte des ressources budgétaires. Ce qui selon Yves Martin Djoufack, chef de division de la balance des paiements au ministère des Finances, va nécessiter la révision du cadrage macroéconomique question de ressortir de manière plus exhaustive, les impacts de la conjoncture sur l’économie et le budget.
En attendant, pour ce qui concerne la balance des paiements, le déficit commercial sur les biens devrait enregistrer un impact négatif de près de 350 milliards de Fcfa. Initialement, cette balance des biens présentait un déficit de 335,4 milliards de Fcfa ; aujourd’hui, à cause de la détérioration des termes de l’échange, les économistes l’ont réajusté à près de 685 milliards de Fcfa. Le compte courant du Cameroun dont le déficit était chiffré à 544 milliards de Fcfa est désormais projeté à 736 milliards de Fcfa, soit une augmentation de 192 milliards de Fcfa. «L’aggravation du déficit du compte courant devrait impacter le revenu national disponible à la baisse de 192 milliards de Fcfa ; ce qui va impacter à la baisse de la croissance à travers la baisse de la demande», explique Yves Martin Djoufack.
Cependant, le soutien des prix des carburants à la pompe va connaître une baisse positive. Budgétisée à 220 milliards de Fcfa, la subvention des carburants s’établira à terme, à 201 milliards de Fcfa. «La dernière mission de la Cemac effectuée en janvier 2015 fait état d’une plus perçue par la Sonara sur le super depuis novembre 2014 et sur le gasoil depuis janvier 2014», renseigne le chef de division de la balance des paiements.
Quant aux dépenses sécuritaires, elles vont nécessiter l’acquisition et l’entretien des équipements militaires, des dépenses d’assistance aux populations locales sinistrées ainsi qu’aux réfugiés, et la remise à niveau des infrastructures endommagées lors des combats. D’après le ministère des Finances, ces dépenses qui sont généralement élevées, sont imprévues et en évincent d’autres.

237online.com

Aller en haut