Accueil / Finances / Cameroun – Exportations: La CEEAC a rapporté 408 milliards en 2 ans

Cameroun – Exportations: La CEEAC a rapporté 408 milliards en 2 ans

Cameroun – Exportations: La CEEAC a rapporté 408 milliards en 2 ans

32 sociétés camerounaises ont écoulé leurs marchandises dans ce marché de 160 millions de consommateurs.

La Communauté Economique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) rapporte beaucoup au Cameroun. Les exportations entre 2014 et 2016 ont rapporté au pays 408 millions de FCFA. Ces chiffres du Ministère du Commerce (MINCOMMERCE) sont repris dans les colonnes de La Nouvelle Expression (LNE) en kiosque le 19 octobre 2016.

Selon LNE, «concurrencées par les produits du marché européen, désormais autorisés à pénétrer le Cameroun à la suite des Accords de Partenariat Economique (APE), l’industrie camerounaise serait en passe de se ré oxygéner sur le marché de la Communauté économique de l’Afrique centrale. Depuis 2014, les contingents d’entreprises camerounaises lancées à l’assaut de ce marché de 160 millions de consommateurs rapportent des victoires».

Au total, 32 entreprises ont bénéficié des exportations exonérées des droits de douane. Des entreprises agréées en deux vagues, informe notre confrère. «Une première partie (19 entreprises) en début d’année 2014, et une seconde partie (13 entreprises), quelques mois plus tard. Avec, parmi celles-ci, des industries représentant divers secteurs de l’économie. L’aluminium, les huileries, les savonneries, les confiseries, et le thé, pour ne citer que ceux-là. Avec des ambassadeurs comme ALUBASSA (ustensiles de cuisine en aluminium); CHOCOCAM (chocolats et confiseries); Azur (savon et détergent) ; SOCAFER ; et UNALOR (buchettes d’allumettes), pour ne citer que ces entreprises-là».

Pour avoir accès libre au marché de la CEEAC, ces entreprises ont scrupuleusement respecté des critères préétablis: «Fabriquer des produits faits à 100% faits à base de matière originaire d’un pays de la CEEAC ; être producteur d’une matière de base originaire de la CEEAC, ou comportant au moins 40% de matières premières originaire d’un pays de la CEEAC. Les critères d’éligibilité du MINCOMMERCE insistent également sur la capacité pour l’entreprise demanderesse d’un agrément de présenter la valeur ajoutée pour environ 30%», précise LNE.

Un troisième contingent d’entreprises a été autorisé le 13 octobre 2016, à couler ses produits dans la CEEAC. Il s’agit entre autres des «Brasseries du Cameroun, CAMLAIT, Nestlé, la société camerounaise de savonnerie, Biopharma, Huileries alimentaires du Cameroun, Construction métallique, Société industrielle de cellulose, Sources du pays, Bio tropical». Toute chose qui va accroître l’influence du Cameroun dans ce marché sous régional.

Jean-Marie NKOUSSA / cameroon-info

Aller en haut