mardi 22 septembre 2020
Accueil / Développement / Cameroun : le français Duval diversifie ses investissements

Cameroun : le français Duval diversifie ses investissements

Cameroun : le français Duval diversifie ses investissements
Le groupe Duval veut se renforcer au Cameroun où il est déjà présent. Des investissements sont prévus dans les prochains mois, à Yaoundé et Douala, dans l’immobilier, l’hôtellerie, mais aussi la microfinance et l’assurance.

Au Cameroun, le groupe Duval choisi la voie de la diversification de l’investissement. « Nous avons prévu des investissements à Yaoundé et à Douala. Ces opérations doivent démarrer dans les prochains mois », a confié à la presse le PDG Eric Duval, a l’issue d’une rencontre jeudi dernier avec le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute.

Déjà présent dans ce pays d’Afrique centrale depuis plusieurs années dans le forage d’eau, le groupe français y franchissait une nouvelle étape de sa présence au Cameroun en avril dernier en prenant le contrôle du Fonds Cameroun d’Epargne pour le Progrès(FOCEP), une société de microfinance.

Un accord important en poche

A travers ses prochains investissements dont les termes n’ont pas été précisés, le groupe Duval entend miser sur l’immobilier commerciale et d’entreprise -son domaine de prédilection. Cette orientation stratégique fait notamment suite à un accord de développement immobilier au sein du complexe industrialo-portuaire de Kribi décroché en novembre 2019. En outre, l’opérateur français entend se développer davantage dans la microfinance camerounaise, tout en élargissant à l’assurance.

Ces dernières années, le groupe Duval a démontré une volonté ferme de s’ancrer sur en Afrique francophone en particulier. Une volonté démontrée début 2017 avec la nomination d’un directeur pour l’Afrique. Présent au Maroc, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, Ghana, Bénin, Togo, au Gabon, en République du Congo, au Tchad et au Cameroun. Ses projets de part et d’autres consistent, entre autres, à la construction de logements, de cité ministérielle, de cité administrative, …

afrique.latribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut