Accueil / Développement / Cameroun : Le test de conjoncture de la BEAC prévoit une fin d’année difficile dans le secteur primaire

Cameroun : Le test de conjoncture de la BEAC prévoit une fin d’année difficile dans le secteur primaire

Cameroun : Le test de conjoncture de la BEAC prévoit une fin d’année difficile dans le secteur primaire

Cameroun – Activités économiques: Le test de conjoncture de la BEAC prévoit une fin d’année difficile dans le secteur primaire

Dans le cadre de ses activités visant à accompagner la relance de l’activité économique au Cameroun, la direction nationale de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) questionne régulièrement les entreprises et les administrations locales, en vue d’un test prévisionnel de conjoncture. La dernière étude en date, comptant pour le 4e trimestre 2017, révèle des perspectives plus ou moins bonnes.
Selon le test de conjoncture de la BEAC, le 4e trimestre sera difficile dans le secteur primaire. Principal produit de rente, le cacao est au plus mal du fait de la surproduction mondiale, ayant entrainé la chute du prix du kilogramme à 875 FCFA contre 1400 FCFA lors de la précédente campagne.

Mais, révèle le test de conjoncture de la BEAC relayé par Cameroon Tribune en kiosque ce mercredi 1er novembre 2017, pour ne pas entamer l’engouement des producteurs, lancés dans la commercialisation des fèves durant ce 4e trimestre 2017, des mesures ont été prises par les pouvoirs publics, dont la réduction de la redevance à l’exportation et l’instauration d’une prime de qualité à verser aux paysans en fin de campagne.

L’huile de palme brute ne se porte pas mieux. Une baisse de production devrait être enregistrée au cours du 4e trimestre, principalement à cause de la maintenance annuelle des machines, mais aussi des aléas climatiques. Dans la filière élevage et pêche, la BEAC prédit que le gap entre l’offre et la demande pourrait se creuser davantage, en liaison avec les fêtes de fin d’année, mais aussi «une demande plus rémunératrice en provenance de la sous-région».

Toute chose qui devrait générer des tensions sur les prix locaux… Dans le même temps, la spéculation et la surenchère sur les vivres frais sont en vue, à cause des récoltes peu abondantes. Cependant, concernant le caoutchouc naturel, le bois et la banane d’exportation, une hausse d’activité sera enregistrée durant ce dernier trimestre 2017, grâce au regain de la demande mondiale et de meilleures conditions de transport et d’exportation.

Par contre, le 4e trimestre 2017 s’annonce porteur au niveau des secteurs secondaire et tertiaire, grâce aux demandes des fêtes de fin d’année. En effet, les fêtes de fin d’année aidant, la filière bière et boissons rafraîchissantes sans alcool devrait atteindre son pic au cours du dernier trimestre. Encore que l’approche de la saison sèche devrait permettre une meilleure desserte des points de vente de l’arrière-pays.

Concernant le ciment, le niveau d’activité devrait augmenter, à la faveur de l’amélioration de l’offre nationale et la relance des chantiers, avec le retour de la saison sèche. Regain également pour la production de l’huile raffinée, en liaison avec la forte demande de fin d’année.

Dans le secteur tertiaire du fait des fêtes de fin d’année, la filière distribution et commerce général devrait connaître une embellie. Le transport sera orienté à la hausse avec le retour de la saison sèche. Un climat qui devrait également favoriser l’activité touristique en cette fin d’année.

cameroon-info

Aller en haut