Accueil / Finances / Capital-Investissement : bonne résistance du secteur en Afrique au premier semestre 2016

Capital-Investissement : bonne résistance du secteur en Afrique au premier semestre 2016

Capital-Investissement : bonne résistance du secteur en Afrique au premier semestre 2016
Les levées de fonds dédiés au secteur de l'immobilier ont marqué la première moitié de l'année 2016. Ici, vue du chantier de la Cité du fleuve, à Kinshasa (RD Congo), le 29 septembre 2014. © Gwenn Dubourthoumieu pour Jeune Afrique

Durant la première moitié de cette année, environ 900 millions de dollars d’opérations de capital-investissement ont été réalisées à travers le continent, selon les données compilées par le spécialiste panafricain AVCA. Des résultats en ligne avec ceux réalisés l’an dernier, malgré un contexte économique plus délicat.

 

Le secteur du capital-investissement résiste aux difficultés macroéconomiques que connaît l’Afrique. C’est le constat dressé par African Private Equity and Venture Capital Association Limited (AVCA). Basée à Londres, cette association spécialisée dans le capital-investissement en Afrique recense plus de 130 membres (capital-investisseurs, fonds de pension, avocats d’affaires, cabinets de conseil et d’audit…).

Selon les données du premier semestre 2016, compilées par AVCA et rendues publiques fin septembre, au moins 83 opérations de capital-investissements ont été réalisées à travers le continent, pour une valeur totale de 900 millions de dollars. Environ 75 % de ces opérations ont été d’une taille inférieure à 250 millions de dollars, dans la continuité de la tendance constatée en 2015, après deux années (2014 et 2013) particulièrement fructueuses en grosses opérations.

Pour Ponmile Osibo, responsable de la recherche et de la formation au sein d’AVCA, le volume total des opérations de capital-investissement en Afrique pourrait atteindre 2 milliards de dollars cette année. Ce qui confirme, selon le manager nigérian, « la résilience du capital-investissement en Afrique, malgré le contexte difficile que traverse la région, avec une croissance en recul, la chute des devises de plusieurs grandes économiques de la région et la baisse des prix des matières premières ».

Après un premier semestre marqué par une importante présence d’acteurs de taille intermédiaire – à l’image de Phœnix Capital Management créé par le patron ivoirien Michel Abrogoua, du maltais Mediterrània Capital Partners, très actif au Maghreb, et de Kibo Capital Partners, basé à Maurice et au Kenya -, la seconde moitié de l’année voit la montée en puissance d’opérateurs plus importants, note Ponmile Osibo.

Le troisième trimestre de cette année a ainsi vu Helios Investment Partners finaliser, fin septembre, une transaction de 115,8 millions de dollars pour l’acquisition de 49 % du nigérian Oando Gas and Power Limited, ainsi qu’un investissement de 100 millions de dollars du britannique Development Partners International dans le groupe bancaire ouest-africain Atlantic Business International.

Lire l’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut