Accueil / Tic & Telecoms / Cette nuit en Asie : Samsung génère 150 millions d’euros de profits par jour

Cette nuit en Asie : Samsung génère 150 millions d’euros de profits par jour

Cette nuit en Asie : Samsung génère 150 millions d’euros de profits par jour

Le groupe sud-coréen vient de dévoiler les plus larges profits trimestriels de son histoire. Mais les investisseurs s’inquiètent de la baisse annoncée du prix des mémoires qui génèrent 80 % de ses bénéfices.

Encore un nouveau record spectaculaire pour Samsung Electronics. Le plus grand groupe d’électronique de la planète a révélé, ce vendredi, qu’il avait, selon ses premières estimations, généré un profit opérationnel de 17.500 milliards de wons, soit 13,5 milliards d’euros, sur la période allant de juillet à septembre.

Cette performance, qui représente 150 millions d’euros de bénéfice par jour, marque un bond de 20,4 % par rapport au même trimestre de 2017 et permet au géant coréen de présenter à ses actionnaires les plus gros profits trimestriels de son histoire.

Mieux qu’Apple

Sur les trois derniers mois, la société a vu son chiffre d’affaires croître de 4,8 % pour atteindre 65.000 milliards de wons (50 milliards d’euros) et a ainsi dopé sa marge opérationnelle à 26,9 %, ce qui est supérieur à ce qu’affichait Apple lors de sa dernière présentation trimestrielle. Samsung Electronics n’avait jusqu’ici jamais dépassé un ratio de 26 %

A Séoul, ces chiffres spectaculaires, et bien supérieurs aux prévisions des analystes les plus optimistes, semblent toutefois n’avoir réveillé aucun enthousiasme chez les investisseurs. A la mi-journée, le titre de la société ne progressait que de 0,1 % sur la place de Séoul. Sur les douze derniers mois, la valeur de l’action a même reculé de 10,9 %.

Si les experts ne mettent pas en doute l’excellente santé de Samsung Electronics, ils pointent les multiples facteurs qui risquent d’entamer ses résultats au fil des prochains trimestres. Ils notent que la division smartphones, qui fut pendant des années le moteur de croissance de la société génère désormais moins de 15 % des bénéfices.

Le groupe reste le plus grand producteur mondial de smartphones mais il dépense énormément en marketing pour maintenir son rang sur le segment des appareils premium et souffre, comme Apple, de la concurrence croissante des marques chinoises, telles que Huawei, Xiaomi ou Oppo, qui proposent des machines très performantes en acceptant des marges bien inférieures. L’arrivée annoncée, en 2019, des premiers portables à écrans « pliables » excitent les fans de Samsung, mais ils ne représenteront qu’une marge négligeable des prochaines ventes totales du conglomérat.

Baisse de prix des mémoires

Ce qui inquiète toutefois le plus les traders, c’est la baisse annoncée des prix des semi-conducteurs qui génèrent désormais près de 80 % de la totalité des profits de Samsung Electronics.

Le groupe est, de loin, le leader mondial sur le segment des mémoires DRAM et NAND. Il a ainsi bénéficié ces dernières années de l’explosion de l’appétit pour ces composants utilisés dans les appareils électroniques, les PC ou les serveurs des entreprises, qui stockent de plus en plus de datas. Mais ses concurrents, essentiellement asiatiques, ont progressivement dopé leurs capacités de production et cette poussée de l’offre mondiale de puces va commencer à affecter les prix.

« Nous anticipons une offre excédentaire de DRAM sur la période allant du quatrième trimestre de 2018 avant une stabilisation début 2020 », expliquent les analystes de Bernstein Research. Sur le segment des NAND, une baisse des prix d’au moins 10 % est attendue dans les prochains mois.

Pour éviter un refroidissement de ces prix et tenir ses marges, Samsung Electronics pourrait modérer, dans les prochains mois, la croissance de ses volumes de production de ces composants. Ils pourraient grandir un peu moins vite que la demande mondiale qui reste dynamique. La direction de la société n’a toutefois pas officiellement confirmé cette stratégie. Elle pourrait donner plus de détails lorsqu’elle présentera ses résultats trimestriels complets à la fin du mois.

Yann Rousseau
lesechos

Aller en haut