Accueil / Tic & Telecoms / Champions League : un coup dur pour la relance de Canal

Champions League : un coup dur pour la relance de Canal

Champions League : un coup dur pour la relance de Canal

Le nouveau pack Sport de la chaîne est fragilisé. Or c’est lui qui doit permettre à la fois d’écraser la concurrence sur ces contenus moteur d’abonnement, mais aussi d’augmenter le revenu par abonné.

Perdre les droits des Coupes d’Europe des Clubs, un « droit socle », c’est-à-dire moteur d’abonnement, est à n’en pas douter un coup dur pour Canal. En pleine relance marketing qui doit porter ses fruits à partir du deuxième semestre de cette année et après la perte des droits de la Premier League anglaise l’an dernier, il faudra compenser d’une façon ou d’une autre.

Il y a certes des raisons d’en relativiser l’impact, que la direction de Canal ne manque pas de mettre en avant. D’abord, les droits perdus concernent les 3 saisons de 2018 à 2021. En attendant septembre 2018, Canal+ garde ses 15 matchs. Et BeIN, que les abonnés à Canal peuvent désormais visionner s’ils prennent le pack Sport à 30 euros en plus du prix de base de 20 euros, garde les autres matchs pendant cette période.

Ensuite, pour la filiale de Vivendi, cela ne représente donc que 15 soirées, dont peut-être 3 avec le PSG, dit-on chez Canal, le club vraiment moteur d’audience sachant que le match Atletico-Real de mercredi soir n’a rassemblé que 900.000 téléspectateurs environ. C’est pour la chaîne qatari que l’impact est le plus important.

En Angleterre, Sky a survécu

Enfin, Canal signale que Sky, au Royaume-Uni, a laissé filé les droits de la Champions League à BT deux fois de suite depuis 2013 et a survécu. Nous avons la Ligue 1 de football française, le top 14 de Rugby, 500 films, les séries Showtime, l’exclusivité de la chaîne Eurosport, etc., explique-t-on chez Canal. Et la chaîne d’ajouter qu’elle fera un très bon usage de l’argent qu’elle va économiser.

Cela dit, si la perte d’un droit ne peut pas faire couler une chaîne payante, l’accumulation de déconvenues de ce genre ne peut que se faire sentir. A ce titre, la Champions League avec donc des clubs français comme le PSG et l’AS Monaco est plus problématique que la Premier League.

Le pack Sport, fragilisé

Ensuite, Canal est fragilisé sur seulement 15 soirées directement, mais il proposait BeIN dans son pack Sport. « C’est ce produit star qui est fragilisé aujourd’hui, » explique Jean-Baptiste Sergeant, analyste chez MainFirst. Le pack Sport doit permettre en effet non seulement de présenter une offre claire par son exhaustivité en matière de sports mais aussi d’augmenter le revenu par abonné. Dans un contexte de bouleversement de la consommation télé avec la concurrence des Netflix et Amazon, le sport reste le contenu le plus susceptible de retenir les abonnés, et c’est le seul que les consommateurs sont assez motivés pour payer plus cher, disent la plupart des spécialistes.

Lors de l’AG Vivendi fin avril, Frank Cadoret, directeur de la distribution chez Canal, avait estimé que les résultats de la nouvelle politique tarifaire dévoilée en octobre dernier étaient « très encourageants ». Il avait révélé que 95 % des nouveaux clients se sont engagés sur 24 mois, et que « la moitié avait opté pour le pack sport qui vient en supplément ». Si Canal va économiser de l’argent dans un premier temps, ses revenus sont donc fragilisés à terme.

Nicolas Madelaine
lesechos

Aller en haut