Accueil / International / Chine: envolée des importations en janvier, l’excédent commercial s’effondre

Chine: envolée des importations en janvier, l’excédent commercial s’effondre

Chine: envolée des importations en janvier, l’excédent commercial s’effondre

Les importations de la Chine se sont envolées trois fois plus qu’attendu en janvier, à la faveur de facteurs saisonniers, confirmant la robustesse de la demande du géant asiatique et réduisant de moitié son massif excédent commercial.

La Chine a vu ses importations bondir de 36,9% sur un an le mois dernier, selon des chiffres des douanes publiés jeudi, une accélération spectaculaire après une hausse de 4,5% en décembre, et surpassant de loin la prévision des experts sondés par Bloomberg (+10,6%).

En même temps, les exportations du pays, principale puissance marchande du globe avec les Etats-Unis, ont continué de progresser solidement (+11,1%), peu ou prou au même rythme qu’en décembre et légèrement mieux qu’attendu, aidées par une forte demande internationale.

Le fort niveau des importations a contribué à faire s’effondrer l’excédent commercial chinois à 20,34 milliards de dollars, contre 54,7 milliards en décembre.

L’excédent de la Chine avec les Etats-Unis s’est établi à 21,9 milliards de dollars, quasi-stable sur un an mais en baisse par rapport à décembre (25,6 milliards): ce déséquilibre est volontiers dénoncé par le président américain Donald Trump qui en a fait un cheval de bataille.

L’envolée des importations chinoises s’explique en partie par un décalage calendaire, les longs congés du Nouvel an lunaire intervenant cette année mi-février, bien plus tard qu’en 2017.

Avant ces vacances et le retour de la plupart des Chinois dans leur région d’origine, on assiste habituellement à un pic de la consommation, tandis que les usines accélèrent leur activité pour boucler leurs commandes.

Une inhabituelle vague de froid hivernal et une demande accrue de matières premières, notamment de pétrole, ont également contribué à gonfler les importations, commente Betty Wang, économiste de la banque ANZ.

Même tableau positif sur les exportations: leur croissance plus forte qu’attendu “suggère que la reprise de la demande mondiale se poursuit”, avec une embellie de la conjoncture aux Etats-Unis et dans l’Union européenne, principaux partenaires commerciaux de la Chine, observe Mme Wang.

Après avoir plongé en 2016, le commerce extérieur chinois avait rebondi vigoureusement en 2017, et “les statistiques douanières de jeudi témoignent d’un très solide début d’année”, renchérit Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

Non sans réserve: “Ces chiffres doivent être traités avec prudence (…) car il est difficile d’écarter les distorsions” dues au Nouvel an lunaire, a-t-il insisté.

De même, Betty Wang pointe les “incertitudes sur les échanges sino-américains”, menacés “à court terme” par une possible “escalade des tensions commerciales entre les deux pays”.

Fustigeant la politique jugée “protectionniste” du régime communiste, Washington multiplie les procédures, ciblant notamment l’aluminium, l’acier et les panneaux solaires chinois, et “on ne peut exclure l’éventualité que Pékin adopte des mesures de rétorsion visant l’agriculture américaine”, souligne-t-elle.

La Chine a d’ailleurs annoncé dimanche avoir lancé une enquête antidumping sur le sorgho américain.

afp/al
zonebourse

Aller en haut