Accueil / Auto & Transports / Choix du futur Pdg d’Air France-KLM, encore un autre nom qui circule…

Choix du futur Pdg d’Air France-KLM, encore un autre nom qui circule…

Choix du futur Pdg d’Air France-KLM, encore un autre nom qui circule…
Au marché toujours très porteur de l'Union européenne (+5,7%) s'ajoute ce mois-ci un très net redressement du marché africain (+7,2%) ; celui-ci bénéficie à plein du traditionnel effet rebond post ramadan qui profite cette année tout particulièrement à l'ensemble des pays du Maghreb (+10,1%).

Le nom de Bruno Mettling, ancien directeur des ressources humaines d’Orange et aujourd’hui à la tête d’Orange Middle East Africa, est également évoqué.

Et un nom de plus dans la longue liste des candidats potentiels au poste de PDG d’Air France-KLM, à la place d’Alexandre de Juniac qui a démissionné pour prendre la tête de l’association internationale du transport aérien (IATA). Il s’agit de celui de Bruno Mettling, l’ancien directeur général adjoint en charge de la direction des ressources humaines d’Orange (depuis le 1er mars à la tête de Orange Middle East Africa). Son nom avait déjà été évoqué l’an dernier en coulisse au moment du renouvellement du mandat d’Alexandre de Juniac.

Bienveillance de l’Etat

Comme c’est le cas pour Jean-Marc Janaillac, le Pdg du groupe de transport public Transdev, Bruno Mettling bénéficierait de la bienveillance de l’Etat. Il a notamment à son crédit l’apaisement social au sein d’Orange.

Ce bal de prétendants traduit les difficultés du comité de nomination et de l’Etat de trouver la perle rare en externe, la piste pour l’heure privilégiée. Un choix interne n’est pas d’actualité, malgré les demandes des Hollandais et des syndicats. Jean-François Dehecq et Jean-Dominique Comolli, deux des trois membres du comité de nomination d’Air France-KLM ont jusqu’ici refusé de placer l’actuel Pdg d’Air France, Frédéric Gagey, dans leur liste de candidats potentiels.

Le calendrier est serré. L’objectif est de pouvoir présenter un nom au conseil d’administration du 3 mai.

Fabrice Gliszczynski
latribune.fr

Aller en haut