Accueil / Tic & Telecoms / Chuck Robbins veut faire de Cisco le leader des objets connectés

Chuck Robbins veut faire de Cisco le leader des objets connectés

Chuck Robbins veut faire de Cisco le leader des objets connectés

Le nouveau patron veut réorienter Cisco vers des métiers plus rentables.Le cloud, la sécurité et les objets connectés sont sa priorité.

Chemise à carreaux ouverte, veste bleue, pas décidé et sourire Ultra Brite : Charles Robbins, le nouveau directeur général de Cisco, passait il y a quelques jours son baptême du feu. En poste depuis à peine cinq mois, cet ancien responsable des ventes entré chez Cisco en 1997 présentait sa vision et sa stratégie pour la première fois depuis sa nomination. Un rendez-vous très attendu : « Chuck » Robbins, comme l’appellent les employés en interne, a pris ses fonctions à un moment critique. L’entreprise, qui règne depuis vingt ans sur les équipements qui font tourner Internet (routeurs, commutateurs), voit sa position de ­leader s’effriter. Des concurrents moins chers, comme le chinois Huawei, attaquent ses métiers historiques, tandis que ses clients lorgnent de plus en plus vers de nouveaux services comme le cloud, ou les réseaux à dominante logicielle, moins chers et plus flexibles que les équipements.

A cela s’ajoute un autre défi pour le nouveau patron : succéder à John Chambers, une légende de la Silicon Valley, qui fut à Cisco ce que Steve Jobs fut à Apple. A la tête de Cisco pendant vingt ans, ce visionnaire transforma, à coups d’acquisitions et de réductions d’effectif, ce qui aurait pu rester une icône éphémère des années 2000 en une figure incontournable de la tech : 80 % du trafic Internet transite aujourd’hui sur les équipements Cisco. Et, alors que l’entreprise doit de nouveau se transformer, c’est encore John Chambers qui a amorcé, il y a dix-huit mois, le virage vers des métiers du software, à plus forte marge, que sont le cloud, la sécurité et les objets connectés. Une stratégie que Chuck Robbins doit désormais mettre en musique.

Investissement dans le cloud

« Les patrons d’aujourd’hui ont les mêmes contraintes qu’avant, mais il y a quelque chose de plus, a lancé ce dernier dans un discours coloré d’une demi-heure, sans référence aucune aux métiers historiques de la maison. C’est cette paranoïa latente qui les pousse à se demander en permanence où sont les six types dans un garage en train d’inventer la technologie qui va bouleverser leur business. […]. Toutes les organisations aujourd’hui savent combien la technologie peut transformer ce qu’elles font. Mais 75 % d’entre elles ne savent pas comment faire face, et ont besoin de nous pour y arriver. »

Cloud, sécurité informatique et objets connectés sont autant de nouveaux points d’entrée dans les entreprises que Cisco veut exploiter. « Ces métiers ne représentent aujourd’hui que 20 % de l’activité du groupe, les équipements étant encore largement dominants, mais l’objectif à terme est de les rééquilibrer », confirme le numéro deux, Biri Singh, arrivé il y a quelques mois.

Cisco a ainsi annoncé l’an dernier un plan d’investissement de 1 milliard de dollars dans le cloud. L’objectif n’est pas d’acquérir des « data centers », mais de les équiper de la technologie et des applications qui permettront de traiter les données pour les clients. En parallèle, de nombreuses acquisitions ont été réalisées dans la sécurité, un marché très fragmenté sur lequel l’entreprise se dit leader, avec près de 10 % de parts de marché.

Mais le véritable pari que fait Cisco concerne les objets connectés, perçus comme un eldorado par de nombreux groupes de la tech. Le groupe, qui se targue d’avoir inventé Internet, veut être le leader sur ce marché encore naissant, mais dont le potentiel ne fait aucun doute pour le nouveau patron. « Je suis persuadé que cette nouvelle révolution sera plus importante encore que la première vague de l’Internet. »

Elsa Conesa / Correspondante à New-York
lesechos.fr

Aller en haut