Accueil / Développement / Classement des pays pauvres

Classement des pays pauvres

Classement des pays pauvres

La presse a indiqué, ce samedi 24 octobre 2015, que selon le classement du FMI, le Sénégal boucle la liste des 25 pays les plus pauvres avec un PIB par habitant de 934,6 dollars en 2015 contre 1079 dollars en 2014 (27e au classement de 2014). Il y a lieu de noter que le Global Finance dans sa publication du 24 octobre 2015, classe le Sénégal au 29è rang des PIB par habitant en parité pouvoir d’achat.
Au plan macroéconomique, le Sénégal a réalisé des résultats forts satisfaisants depuis l’arrivée du Président Macky Sall au pouvoir en 2012. A titre de rappel, en 2012, le Sénégal était confronté à une croissance économique faible, des tensions de trésorerie et l’aspiration des populations à une meilleure gouvernance, des emplois plus nombreux, des services de base plus efficaces et une réduction du coût de la vie.
Dès lors, le gouvernement s’est engagé dans une série de réformes et a adopté le Plan Sénégal Emergent en 2014, cette stratégie de développement économique et social qui a une double ambition. Dans un premier temps, elle cherche à modifier la structure de notre économie afin de la mettre sur la trajectoire de l’émergence. Ensuite, elle vise la promotion de l’emploi en particulier au bénéfice des jeunes pour vaincre les affres de la pauvreté et garantir la cohésion sociale.
A mi-mandat, les résultats obtenus par le Président Macky SALL sont plus que satisfaisants. En effet, le renforcement de la demande intérieure à la faveur de la consolidation des investissements publics dans l’énergie et les infrastructures, dans un contexte de démarrage de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), ont constitué un véritable atout.

Ainsi, la croissance du PIB en termes réels est passée de 1,8% en 2011 à 4,4% en 2012 ; puis 3,5% en 2013 et 4,7% en 2014, dans un contexte de réduction significative du déficit public de 6,7% du PIB en 2011 à 5,1% en 2014. Ce regain de dynamisme reflète l’amélioration de la production dans le sous-secteur agricole, la relance des industries chimiques et du sucre, mais également le dynamisme des cimenteries, des BTP, de l’énergie, des télécommunications et des services financiers.
Pour l’année 2015, la relance de l’économie sénégalaise se consoliderait comme en témoignent les développements conjoncturels récents favorables avec une croissance du PIB trimestriel de 4,6 % au premier trimestre et de 5,1 % au deuxième trimestre. Globalement sur l’année 2015, la croissance se situerait au-dessus de 5%, portée, notamment, par la bonne tenue du sous-secteur agricole, des industries chimiques, du raffinage de pétrole, des cimenteries, de la construction, de l’énergie et des services.
Le dernier cadrage macroéconomique arrêté avec le FMI table sur un PIB de 8150 milliards FCFA contre 7741 milliards FCFA en 2014, soit un taux de croissance en termes nominaux de 5,3%. Le PIB par tête passe ainsi de 553.849 FCFA en 2014 à 567.758 FCFA en 2015, soit une progression de 2,5%. En 2011, le PIB par habitant était de 529.930 FCFA.
Il convient toutefois de souligner que le PIB par habitant qui dépasse 1000 dollars US depuis 2011 est passé de 1121,9 dollars US en 2014 à 964,6 dollars US en 2015.
Cette évolution s’explique par la forte appréciation du dollar par rapport à l’euro, monnaie à laquelle le FCFA est arrimé. En effet, le taux de change du dollar est passé d’une moyenne de 494 FCFA en 2014 à 588 FCFA en 2015, soit une appréciation de 19,2%.
En définitive, l’économie sénégalaise est sur une bonne trajectoire de croissance avec un taux attendu à plus de 5% en 2015 et projeté à 6% en 2016, ce qui fera de notre pays l’une des économies les plus dynamiques. Cependant, le Sénégal comme les autres pays de la zone FCFA verra ses indicateurs calculés en dollars se dégrader du fait de la faiblesse de l’euro, monnaie d’ancrage.

sen24heures.com

Aller en haut