vendredi 18 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Cloud gaming sur iOS : Apple confirme sa réticence, Microsoft et Facebook passent à l’offensive

Cloud gaming sur iOS : Apple confirme sa réticence, Microsoft et Facebook passent à l’offensive

Cloud gaming sur iOS : Apple confirme sa réticence, Microsoft et Facebook passent à l’offensive

Vous attendiez avec impatience l’arrivée de Google Stadia ou du Xbox Game Pass Ultimate sur iPhone ? N’attendez pas trop. Apple vient de le confirmer ouvertement : les services de cloud gaming ne sont pas les bienvenus sur sa plateforme.

Il y a quelques jours, Microsoft annonçait enfin le lancement officiel de son service de cloud gaming, après des mois de test sous le nom de code Project xCloud. À compter du 15 septembre 2020, le service va être intégré à l’offre d’abonnement Xbox Game Pass Ultimate, qui proposera alors à ses souscripteurs l’accès illimité à un large catalogue de jeux non seulement téléchargeables sur PC Windows et consoles Xbox, mais aussi jouables directement depuis les serveurs de Microsoft, via n’importe quel smartphone ou n’importe quelle tablette… ou presque. Un village peuplé d’irréductibles Californiens résiste encore et toujours à l’envahisseur — un village nommé Apple.

L’application Xbox Game Streaming ne sera en effet disponible que sur Android, et non sur iOS. Et c’est loin d’être la première fois que les utilisateurs de l’OS mobile d’Apple se sentiront privés de jeu vidéo : Stadia et GeForce Now, les services de cloud gaming respectifs de Google et Nvidia, y brillent également par leur absence. Une coïncidence ? Bien sûr que non. Un représentant d’Apple vient de confirmer à Business Insider, ce dont on se doutait de longue date : c’est l’entreprise de Cupertino elle-même qui refuse que ces services apparaissent sur sa plateforme mobile, arguant qu’ils enfreignent les conditions d’utilisation de son App Store. « L’App Store a pour vocation d’être un endroit où les utilisateurs peuvent découvrir des applications en toute sécurité, et où les développeurs bénéficient d’opportunités égales », se justifie-t-elle. « Avant d’être acceptées dans notre magasin, toutes les applications doivent être validées selon les mêmes règles, qui garantissent la sécurité des utilisateurs et un terrain de jeu équitable pour les développeurs. […] Les services de jeux à la demande peuvent absolument être proposés via l’App Store, à condition qu’ils se plient aux règles imposées à tous les développeurs, y compris la validation individuelle de chaque jeu, pour qu’il puisse apparaître dans les tops et les recherches du magasin. »

On peut certes être étonné par cette position extrêmement rigide, d’autant plus que les conditions d’utilisation de l’App Store contiennent des exceptions très spécifiques aux règles mises en avant par cette déclaration, ce qui a de quoi laisser circonspect. L’article 4.2.7 explicite en effet que les clients légers d’accès distant à des applications dans le cloud « ne sont pas appropriés pour l’App Store », mais que le même type de clients est en revanche parfaitement valable s’il donne un accès distant à un « système général » plutôt qu’à une application spécifique, ou si l’application spécifique en question fonctionne sur une machine possédée par l’utilisateur, et connectée à un réseau local domestique — quand bien même cette machine serait utilisée pour faire tourner exactement les mêmes jeux que ceux proposés par xCloud et les autres. La première exception est celle qui a permis au français Shadow de s’infiltrer sur iOS, puisque son service ne consiste pas en un accès direct aux jeux, mais en la location d’un PC Windows dans le cloud. La seconde exception est celle par laquelle se sont faufilées les applications Steam Link et PlayStation Remote Play, permettant à l’utilisateur d’accéder à distance respectivement à son PC et à sa PlayStation 4.

Microsoft gronde…

Du côté de chez Microsoft, on avait pourtant bon espoir de pouvoir proposer le cloud gaming aux aficionados d’Apple — à tel point qu’une version iOS du client xCloud avait même été lancée en bêta-test en février dernier aux États-Unis. Elle avait toutefois dû être limitée à un seul et unique jeu disponible (la compilation Halo: The Master Chief Collection) pour amadouer les cerbères de l’App Store, en attendant une meilleure solution.

Cette solution n’est finalement jamais venue ; mais, sans surprise, Microsoft ne se satisfait aucunement des explications avancées par Apple. Dans une déclaration au site américain The Verge, un représentant de la marque Xbox ne cache pas sa frustration : « Malheureusement, il nous est impossible d’apporter notre vision du cloud gaming aux utilisateurs d’iOS via l’App Store. Apple est le seul détenteur de plateforme généraliste à priver ses clients des services de jeu en streaming et par abonnement comme le Xbox Game Pass. Et il traite systématiquement les applications de jeu différemment, en leur appliquant des règles beaucoup plus strictes qu’aux applications non ludiques, même quand ces dernières incluent du contenu interactif. Tous les jeux disponibles dans le catalogue Xbox Game Pass sont classifiés par des organismes indépendants comme l’ESRB et les équivalents régionaux (PEGI en Europe ; NDLR). Nous restons déterminés à trouver un moyen de proposer le cloud gaming avec Xbox Game Pass Ultimate sur iOS. »

…Facebook suit le mouvement

Et ce n’est pas tout : sentant le vent dans son dos, Facebook a saisi l’opportunité pour faire connaître lui aussi son mécontentement envers les politiques d’Apple. Le réseau social vient en effet de lancer une version iOS de son application Facebook Gaming, qui a toutefois dû être amputée de sa fonctionnalité Instant Games — pas du cloud gaming à proprement parler, mais quelque chose d’approchant, puisqu’il s’agit de pouvoir jouer à des petits jeux directement et instantanément dans son fil d’actualité ou dans une conversation Messenger, sans avoir à télécharger d’application spécifique. Même principe fondateur, et même rejet catégorique de la part d’Apple. Vivek Sharma, VP de Facebook Gaming, s’est muni de son compte Twitter pour décrire l’attitude d’Apple comme « une nuisance ressentie par toute l’industrie du jeu vidéo, qui pénalise les consommateurs et ralentit les innovations pour le jeu mobile, y compris dans d’autres formats comme le cloud gaming. » Ne manquons pas d’ailleurs de rappeler que Facebook compte dans un futur proche développer sa présence dans le cloud gaming, grâce à un partenariat signé en juin dernier avec… Xbox.

En attendant de voir à quoi ce bras de fer pourra bien aboutir, et à quelle échelle temporelle, les utilisateurs d’iPhone et d’iPad devront donc faire une croix sur leurs rêves de jeu dans les nuages. Bien sûr, les esprits taquins n’oublieront pas de noter que par un effet purement collatéral de son intransigeance, Apple préserve aussi l’hégémonie de son propre service Apple Arcade, qui reste à ce jour la seule et unique offre de jeu illimité par abonnement disponible sur iOS.

lesnumeriques

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut