Accueil / Développement / comment le fonds d’investissement américain Och-Ziff a fait main basse sur l’Afrique

comment le fonds d’investissement américain Och-Ziff a fait main basse sur l’Afrique

comment le fonds d’investissement américain Och-Ziff a fait main basse sur l’Afrique

Entre 2007 et 2011, le fonds américain Och-Ziff a laissé ses intermédiaires soudoyer de hauts dirigeants pour s’emparer des matières premières du continent. Une enquête dévoile, avec une rare clarté, ces circuits occultes.

L’un des fonds d’investissement les plus puissants de la Bourse de New York, des intermédiaires troubles, des transactions opaques et des dizaines de millions de dollars de pots-de-vin qui arrivent, parfois en cash, jusque dans certains palais présidentiels d’Afrique.

L’affaire Och-Ziff a tous les ingrédients d’un polar du XXIe siècle, où les requins de la finance occidentale rencontrent un continent plein de promesses pour les spéculateurs.

Les confessions d’Och Ziff

L’histoire commence en 2007, en plein boom des matières premières, une période propice à toutes les dérives. Elle prend fin le 29 septembre 2016. Ce jour-là, après cinq années d’enquête, la Securities and Exchange Commission (SEC, le gendarme des marchés financiers américains) annonce avoir conclu un accord avec Och-Ziff.

Le fonds d’investissement, spécialisé dans la gestion et la vente d’actifs, reconnaît avoir enfreint la législation américaine anticorruption, admettant notamment être à l’origine du versement de quelque 100 millions de dollars (environ 77 millions d’euros) de dessous-de-table sur le continent entre 2007 et 2011. Il s’engage à payer 413 millions de dollars d’amende et de pénalités, dont plus de 2,2 millions à titre personnel par son fondateur, Daniel Och.

Surtout, Och-Ziff accepte de faire la lumière sur ses manquements. C’est ce qui donne tout son poids aux deux comptes rendus de l’enquête publiés par la SEC et la cour fédérale du district est de New York. Leur lecture est une plongée dans l’univers trouble des transactions autour des matières premières africaines. Cet univers, tous les observateurs avertis du continent l’imaginent.

« Jeu de piste »

Mais rarement une photographie de ce milieu a été aussi détaillée : on y trouve des dates, des montants, la nature des montages financiers… Il ne manque qu’une chose : les noms des acteurs de cette histoire. L’affaire devient ainsi un véritable jeu de piste pour deviner qui se cache derrière les descriptions. Mais, parfois, le pedigree est si précis qu’il ne laisse guère de doute.

C’est le cas de l’un des personnages centraux de cette affaire, le « partenaire RD Congo » d’Och-Ziff, décrit comme un « homme d’affaires israélien tristement célèbre », qui dispose de « liens étroits avec les responsables gouvernementaux du plus haut niveau en RD Congo » et détient « des intérêts significatifs dans le diamant et l’industrie minière dans ce pays ».

D’après l’enquête américaine, une partie des fonds (des centaines de millions de dollars) qu’Och-Ziff a reconnu avoir prêtés à ses sociétés a servi à corrompre des officiels congolais. Notamment afin de mettre la main sur des actifs miniers alléchants détenus par la société canadienne Africo Resources.

Alors que la propriété de ces actifs est contestée devant les tribunaux congolais, en 2008, un associé de l’Israélien tente, toujours selon l’enquête, d’influer sur le cours de la justice par l’intermédiaire d’un avocat. « Il doit s’arranger avec la Cour suprême, le procureur général et des magistrats, il veut 500 [000 dollars] pour donner à tous les officiels », écrit-il à l’Israélien.

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut