Accueil / Tic & Telecoms / Comment Nicolas Hayek a laissé passer l’iPod

Comment Nicolas Hayek a laissé passer l’iPod

Comment Nicolas Hayek a laissé passer l’iPod

Swatch On peut être un grand industriel et passer à côté d’une révolution qui a marqué l’histoire de la technologie. Ou comment Nicolas Hayek a refusé l’iPod.

Apple et Swatch entretiennent des relations distantes mais leurs destins se croisent parfois. Pas seulement avec l’Apple Watch mais bien avant déjà, lorsque le père de l’iPod recherchait un industriel, raconte le Blick.

Car derrière la création de l’iPod, on ne retrouve pas Steve Jobs, le patron emblématique d’Apple mais Tony Fadell, qui développa dans la fin des années 90 le concept d’un baladeur audio numérique associé à un portail musical. Le projet allait se concrétiser après le rachat de la start-up de Fadell par Apple. Un an plus tard, iTunes proposait de la musique en ligne et l’iPod était commercialisé avec le succès que l’on connaît.

Nick Hayek sceptique

Or Tony Fadell ne s’est pas tourné vers Steve Jobs en premier mais vers Nicolas Hayek, le patron de Swatch! Il a expliqué sur le site Hodinkee, spécialisé dans les montres, comment il avait appelé celui qui avait la réputation d’avoir sauvé l’horlogerie suisse.

C’était à la fin des années 90 et Nick Hayek n’avait pas caché son scepticisme. Tony Fadell se rappelle: «il me disait ‹mais qu’est-ce que c’est? Nous ne fabriquons que des montres.›» Nicolas Hayek, le fils qui a repris les rênes du groupe, relativise: «Oui, encore une des milliers de personnes qui voulait absolument parler à Nicolas Hayek.»

C’était également l’époque où Swatch se lançait dans différents projets, pas toujours fructueux. Qui se souvient du Swatch Twinphone? Ou encore de ses velléités de voiture Swatch, qui aurait dû être électrique? Cette dernière déboucha finalement sur les modèles Smart mais il est probable que ces échecs ont dû refroidir le père de la Swatch à l’époque.

Pascal Schmuck
Zurich
24heures.ch

Aller en haut