Accueil / International / Conjoncture: La croissance américaine plus forte qu’attendu au deuxième…

Conjoncture: La croissance américaine plus forte qu’attendu au deuxième…

Conjoncture: La croissance américaine plus forte qu’attendu au deuxième…

Conjoncture: La croissance américaine plus forte qu’attendu au deuxième trimestre

Une bonne surprise qui laisse présager une activité encore vigoureuse au troisième trimestre…

Une éclaircie en pleine tempête. Au cœur d’une semaine tourmentée par les turbulences financières en Asie, le ministère américain du Commerce a annoncé ce jeudi que la croissance solidement rebondi au deuxième trimestre, le Produit Intérieur Brut (PIB) affichant une hausse de 3,7 % en rythme annualisé. C’est 1,4 point de pourcentage de plus que la première évaluation du ministère et bien mieux que les prévisions des analystes qui tablaient sur une croissance de 3,1 %.

Jusqu’où la bourse de Shanghai peut-elle plonger ?

Booster de la consommation

Ce rythme soutenu d’expansion, le meilleur depuis le troisième trimestre 2014, montre un net rebond par rapport au premier trimestre où l’hiver rigoureux avait étouffé la croissance à +0,6 %.

Au deuxième trimestre, ce sont les consommateurs qui, par leurs dépenses, ont dopé l’activité. La consommation, qui compte pour les deux tiers du PIB américain, a en effet augmenté de 3,1 %, contre 2,9 % pour la première estimation et 1,8 % au premier trimestre.

Autre bonne nouvelle : les investissements des entreprises ont repris de l’allant (+3,2 %) dans tous les secteurs, des constructions aux équipements en passant par les droits de propriété intellectuelle. La première estimation les voyait au contraire en recul. C’est aussi leur meilleur taux de croissance depuis deux trimestres.

Les stocks ont également augmenté plus que précédemment estimé (+8,3 %), ce qui est à double tranchant toutefois car cela peut signifier qu’ils seront éliminés au cours des prochains trimestres sans devoir être reconstitués de façon imminente.

Reprise des dépenses publiques

Mais pour Paul Ashworth, économiste en chef de Capital economics, il ne faut pas croire les esprits chagrins qui mettront ce rebond de la croissance au deuxième trimestre sur le compte d’une embellie des stocks : « c’est principalement dû à la consommation et à l’investissement privé comme public », se réjouit cet analyste.

Fait notable en effet, le gouvernement (via les dépenses du secteur de la défense), les Etats et les collectivités locales se sont enfin remis à investir.

Les dépenses publiques sont remontées dans le vert affichant leur plus forte progression depuis cinq ans (+2,6 %). Elles étaient en recul chaque trimestre depuis 2012.

Les exportations ont confirmé leur rétablissement, augmentant de 5,2 %, tandis que les importations ont progressé moins fortement qu’anticipé (+2,8 %).

L’élan semble donné pour le troisième trimestre alors que le rythme d’activité et d’emplois de juillet laisse présager une croissance autour de 2,5 % de juillet à septembre.

AFP/20minutes.fr

Aller en haut