lundi 21 septembre 2020
Accueil / Développement / Convergence des Politiques macro-économiques : La Zone UEMOA affiche une « croissance appréciable »

Convergence des Politiques macro-économiques : La Zone UEMOA affiche une « croissance appréciable »

Convergence des Politiques macro-économiques : La Zone UEMOA affiche une « croissance appréciable »
Le DPE félicite l’ensemble des Etats de l’Union pour les efforts en matière de convergence

L’état de la convergence de la politique macro-économique au sein des huit (8) pays membres de l’Union Economique Monétaire Ouest Africain (UEMOA) est fort appréciable. C’est ce qui ressort du rapport du Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure (DPE) rendu public au cours d’un petit déjeuner avec la presse à Ouagadougou au Burkina Faso.  

En 1999 les pays membres de l’UEMOA ont fait vœu d’harmoniser leur politique budgétaire de manière à compléter la gestion commune de la monnaie en conformité avec les exigences de convertibilité du F CFA. Pour y arriver, les chefs d’Etat avaient fixé l’horizon de la convergence au 31 décembre 2019. La convergence est utilisée dans l’analyse économique pour caractériser le processus de rapprochement des économies au regard de certaines variables macroéconomiques. Elle pourrait concerner aussi bien la convergence réelle que la convergence nominale.

Malgré un contexte économique international impacté une guerre commerciale ouverte entre les Etat Unis et la Chine, couplé aux menaces terroristes dans certains pays membres de l’UEMOA, tout porte à croire que l’objectif de convergence de 2019 sera atteint. Le Rapport de la Surveillance multilatérale révèle qu’en matière de convergence, tous les Etats membres respecteraient les trois critères de 1er rang en 2019. Il s’agit notamment du ratio du solde budgétaire global, dons compris, rapporté au PIB nominal ≥ -3 %, le taux d’inflation annuel moyen ≤ 3 % et le ratio de l’encours de la dette intérieure et extérieure rapporté au PIB nominal ≤ 70 %.

Une prévision de croissance de 6,7% en 2019 avec de bonnes perspectives

En 2018, l’activité de l’union se caractérise par un taux de croissance de 6,6% comme en 2017, avec une inflation modérée de 0,9%, un déficit budgétaire en réduction à 4,0% du PIB avec un taux d’endettement en hausse à 48,7 tirée par la dette intérieure avec une charge toujours élevée et un déficit extérieur courant de 6,5%.

Au 31 décembre 2019, l’union enregistrerait une croissance de 6,7% dans un contexte de maîtrise de prix et un déficit budgétaire en dessous de la norme communautaire. La mobilisation des recettes intérieures s’améliore et le rythme et le rythme d’endettement est projeté en baisse.

A ce propos, le Commissaire en charge du Département des Politiques Economiques et de la Fiscalité Intérieure (DPE) de la Commission de l’UEMOA, Mamadou Makthar Diagne qui a présidé les échanges avec les journalistes a félicité les efforts des différents Etats membres. Il est plus qu’important selon lui que l’ensemble des pays de l’union puisse avoir un cadre macroéconomique saine pour une viabilité économique. Pour cela, il a invité les Etats à s’approprier les recommandations de son département pour un meilleur partage du flux de la croissance. Il s’agit de l’accélération d’une croissance élevée et durable, les réformes structurelles en matière d’énergies, le développement d’un secteur agricole productif, le respect des mesures d’accroissement des recettes fiscales, l’efficience des dépenses d’investissement et la maîtrise des dépenses courantes ainsi que la gestion saine de la dette.

La Commission de l’UEMOA est une instance de coordination des politiques budgétaires et son rôle consiste à optimiser l’instrument budgétaire des États sous contrainte des orientations de la politique monétaire de la BCEAO (Nubukpo, 2012).

La véritable coordination entre la politique budgétaire et la politique monétaire au sein de l’UEMOA a commencé par l’entrée en vigueur en 2000 du Pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité institué par l’acte additionnel No 4/99/CCEG/UEMOA de 1999.

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut