Accueil / International / COP21 : l’accord sera « contraignant » ou ne sera pas, affirme Hollande

COP21 : l’accord sera « contraignant » ou ne sera pas, affirme Hollande

COP21 : l’accord sera « contraignant » ou ne sera pas, affirme Hollande

Le secrétaire d’Etat américain avait estimé que l’accord auquel pourrait aboutir la conférence sur le climat de Paris ne sera pas “contraignant” sur le plan juridique.

L’accord sera « contraignant » ou il n’y en aura pas, a affirmé jeudi François Hollande, à propos de la conférence sur le climat, COP21.

« Si l’accord n’est pas juridiquement contraignant, il n’y a pas d’accord parce que ça voudra dire qu’il n’est pas possible de vérifier ou de contrôler les engagements qui seront pris », a dit François Hollande à la presse en marge d’un sommet sur les migrations à La Valette (Malte). Le président français a dit comprendre les difficultés de l’exécutif américain, confronté aux réticences du Congrès majoritairement républicain. « Je sais combien c’est difficile, mais nous devons donner à l’accord de Paris, si accord il y a, un caractère contraignant au sens où les engagements qui auront été pris devront être tenus et respectés », a-t-il insisté.

“Je pense que c’est une formulation qui aurait pu être plus heureuse”, avait déjà estimé ce jeudi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à propos des récentes déclarations de John Kerry. Le secrétaire d’Etat américain avait, en effet, estimé à l’occasion d’une interview accordée au Financial Times que la Conférence sur le réchauffement climatique (COP21) à Paris n’aboutirait pas à un traité juridiquement contraignant.

“Ce ne sera certainement pas un traité (…), avait dit l’Américain. Il n’y aura pas d’objectifs de réduction juridiquement contraignants comme cela avait été le cas à Kyoto.” John Kerry fait ici référence au protocole de Kyoto de 1997, par lequel les pays signataires s’engageaient à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre.

Pour Laurent Fabius, qui assure s’être entretenu avec le secrétaire d’Etat américain, “le fait qu’un certain nombre de propositions (qui seront présentées lors de la COP21, ndlr) doivent avoir un effet pratique est une évidence”. Le ministre français estimait d’ailleurs, ce mardi, qu’ un “compromis ambitieux” était “à la portée” de tous les pays présents à la Conférence sur le climat .

afp/lesechos.fr

Aller en haut