samedi 19 septembre 2020
Accueil / International / Coronavirus: l’État français à la rescousse des grandes entreprises publiques

Coronavirus: l’État français à la rescousse des grandes entreprises publiques

Coronavirus: l’État français à la rescousse des grandes entreprises publiques

L’Etat français vole au secours de deux de ses fleurons dont il détient environ 15% du capital : Renault et Air France. Dans le cas du constructeur automobile, il s’agirait d’environ 5 milliards d’euros sous forme de prêt garanti par l’Etat. Un système similaire a été annoncé en faveur de la compagnie aérienne pour quelque 7 milliards d’euros.

Pour sauver le soldat Air France, le gouvernement lance une contre-offensive ; et le nerf de la guerre, ce n’est pas une nationalisation comme certains l’évoquaient mais de l’argent. Beaucoup d’argent.

Le ministre de l’Economie annonce que la compagnie va recevoir 7 milliards d’euros de prêts au total : 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% par l’Etat et 3 milliards prêtés directement par Bercy.

Bruno Lemaire parle d’un « plan historique » qui vise à sauver les 350 000 emplois directs et indirects qui vont avec et une compagnie qui menace de sombrer alors que seulement environ 10 % de ses avions volent – comme par exemple ceux qui iront au Maroc la semaine prochaine pour rapatrier des français bloqués.

Attention, prévient le gouvernement, ce soutien « n’est pas un chèque en blanc ». Il y a des conditions : un plan de réductions des émissions de CO2, de transformation de la flotte pour être moins polluante, c’est-à-dire émettre moins de bruit et être plus respectueuse de l’environnement.

Comme Air France est indissociable de KLM, des discussions se poursuivent avec l’Etat néerlandais, lui aussi actionnaire, en vue d’une aide complémentaire (il est question de 2 à 4 milliards supplémentaires).

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut